05/08/2011

Carnets tunisiens (11)

Tunisie99.jpg

Indépendance. - Sur la même page d' Un amour de frère, son dernier récit évoquant à la fois un retour à ses sources tunisiennes et son arrachement à un monde par trop contraignant, toutes choses liées et fondues par la ressaisie de ce qu'elle appelle la mémoire aimantée, Colette Fellous évoque la chevauchée de Bourguiba à travers Tunis préludant à l'indépendance, et sa propre cavalcade de jeune fille en quête d'émancipation, qui se retrouve à Paris avec ses frères et découvre le monde dans les salles obscures des cinémas. Exactement comme ce fut le lot de Michel Boujut, jeune déserteur de la guerre d'Algérie se planquant avant son exfiltration vers le pays des porteurs de valises qu'était alors la Suisse...

Frères ennemis. - On sent chez certains la nostalgie des années  Bourguiba, et tel de ceux-là rappelle les qualités de la première constitution de 1995 élaborée sous l'égide de celui-ci, qui pourrait encore faire l'affaire à ce qu'il écrit dans La Presse. Mais sur les murs de Tunis que voit-on ces jours ? On voit partout l'effigie de Salah Ben Youssef, camarade puis rival du « combattant suprême », bientôt recalé, contraint à l'exil et assassiné par un sbire de celui-là. Et Bourguiba de s'en vanter publiquement lors d'une manifestation à grand fracas.

Cela pour se rappeler, me souffle Rafik le révolté, qu'une dictature en a remplacé une autre, avant de préciser que l'avenir sous Ben Youssef n'eût pas été, probablement, garant de plus liberté tant il était proche des islamistes, lesquels se servent aujourd'hui de lui, par voie d'affiches, pour appeler au rassemblement des leurs...

Violences. - On a beaucoup parlé, dans les médias occidentaux, du pacifisme caractérisé de la révolution du jasmin ; or il faut s'en rappeler aussi les violences, et la chronique, jour par jour, des événements survenus depuis l'immolation par le feu de Mohammed Bouazizi, en décembre 2010, rappelle comment le formidable mouvement de protestation et de destitution de la Maffia despotique, a cristallisé après nombre de soulèvements populaires aux quatre coins du pays, et notamment dans les foyers de révolte de Kasserine ou de  Ghafsa, violemment réprimés.

J'ai retrouvé cette chronique, très abondamment illustrée et documentée, dans un grand album récemment paru intitulé Dégage ! à côté duquel un Indignez-vous !, ou un Engagez-vous ! paraissent bien convenus...

 

Carnets tunisiens (10)

Tunisie89.jpg

Délivrance. - Depuis notre premier soir à La Goulette, où nos premiers échanges amicaux ont duré des heures autour d'une table en terrasse, les mots-clefs qui m'ont semblé caractériser le ton de toutes nos conversations auront été: soulagement, libération, espérance, sur fond d'inquiétude latente, mais comme un nouveau souffle se manifestant à tout coup, avec quelle reconnaissance de tous pour « les jeunes »...

Impatience. - Et cette fébrilité partout perceptible, notamment dans les journaux qu'on sent traversés par le souffle d'un débat de fond, véritable raz-de-marée d'expression relevant visiblement de l'exorcisme et de la compulsion, où le sentiment d'urgence revient à tout moment, et les mises en garde, les avertissements, les appels à la responsabilité, la dénonciation des fauteurs de troubles, la méfiance envers ceux qui pourraient trahir ou capter la révolution.

Espérance. - Certains médias occidentaux semblent déjà se réjouir, avec quelle mauvaise Schadenfreude, de ce qu'ils décrivent, en termes plus ou moins méprisants, comme une retombée, voire une faillite, de ce qu'on a appelé le « printemps arabe ». Mais que peut-on en dire au juste ? La Bourse de Tunis, m'apprend un journal financier africain, accuse un recul « historique » de 19% pour les six premiers mois de l'année. Et qu'en conclure ? Partout on entend ici que « rien ne sera plus jamais comme avant ». Très exactement ce que disait la rue de Mai 68, dans le Quartier latin où nous avions débarqué, jeunes camarades, en petite caravane de Deux-Chevaux helvètes, et de fait bien des choses ont changé de puis lors, mais bien autrement que nous nous le figurions, et qui pourrait imaginer ce que sera l'avenir du monde mondialisé - quelle sorte d'espérance qui ne soit pas à trop bon marché ?

A l'instant je me rappelle cependant cette autre formule de la Révolution du jasmin : « Plus jamais peur ». Et me revient alors l'observation de Jalel El Gharbi se faisant reprendre par ses enfants avant la chute de  Ben Ali : « Chut, papa, on pourrait t'entendre... ».

Où l'espoir du « plus jamais ça ! » rend un son propre à ce qui s'est passé en Tunisie...

Tunisie34.jpg