03/12/2011

Et Quentin se pointa !

Quentin1.jpg

Un jeune écrivain surgit au coin du bois. Et quel ! Retenez ce nom: Quentin Mouron. Dès aujourd'hui en signature chez Payot - La Chaux-de-Fonds.

On entend ces jours des tas de bonnes nouvelles. Comme quoi la Crise. Les effondrements partout. Les indignés en tache d'huile. Misère et colère aux entournures des déserts et des villes polluées. Mais là, ce matin, tout neuf, j'ai du plus joyce qui me réjouit comme jamais et toujours et  encore : la venue au monde d'un écrivain !

Tout jeunot mais en sachant déjà long sur La Chose, j'dirai : la musique des mots et des choses. Crépitant de talent comme un essaim d'étincelles mais pas que pour l'effet ! Vraiment piqué poignant l'Quentin Mouron ! Déjà ce nom ! Et cette papatte ! Cet instinct sûr presque à tout coup. Je ne dis pas parfait loin de là mais presque. Mieux que parfait : intense et décidé. Fin d'antennes et de lame. Célinien jusqu'au bout des griffes. Parfois un peu trop même dans le phrasé rythmique et les rimes internes. Pêche de jeunesse qui fruitera dans la foulée. Mais cette vieille jeunesse du regard. Pas molle mais grave, vive, incisive, véhémente, charnelle et hypersensitive dès la première page abouchée au réel. Los Angeles en panoramique et ensuite l'Amérique par le détail. Or on sait que dans le détail gît le dieu musicien. Et voilà que dès la première page d'Au point d'effusion des égouts ce dieu-là pétille de neuve braise et vous incendie.

J'précise, chose annexe, que Quentin Mouron, Canadien et Suisse d'origine, n'a que vingt-deux ans et sans rien pour autant du chiant «djeune » genre attention j'arrive y a que moi ! Ou presque pas. Déjà rusé comme un bronco de rodéo le poulain piaffant. Déjà vous alignant des sentences à la Ferdine, parfois un peu voyantes, mais ça lui passera avant que ça vous reprenne et ce premier galop est étourdissant en toute lucidité tripale si j'ose dire -  et j'ose;  et j'y reviendrai plus souvent qu'à mon tour...

Quentin2.jpg

Quentin  Mouron. Au point d'effusion des égouts. Olivier Morattel, 137p.