20/08/2011

Carnets tessinois (4)

Privat1.jpeg

Paradiso. - En langue italienne Paradis se dit Paradiso. En langue italienne le nom du Tessin se dit Ticino. Le nom du Paradis et le nom du Tessin ne riment pas dans la langue de Sarkozy, ni ne riment plus dans celle de Berlusconi, où le nom du Dio Denaro rime en revanche avec le mot ladro, désignant le voleur dans la langue de Rousseau. Notre paradis de limpidité a été sali dès l'apparition du mot PRIVAT aux rives du lac paradisiaque. Nos élans de petits baigneurs ont été stoppés par ce mot hideux : PRIVAT, qui ne rime pas mieux avec Ticino qu'avec Paradiso.

 

Vergogna.jpgDio Denaro. - L'invasion massive a commencé par là. L'invasion massive dont on brandit aujourd'hui la menace en visant le seul straniero, l'étranger, qui ne rime pas toujours avec denaro, l'argent, l'invasion massive n'est pas celle du povero, le pauvre, qui ne rime jamais avec denaro, l'invasion massive est celle-là seule du Dio Denaro, ce dieu de l'argent des nantis se claquemurant derrière le mot hideux de PRIVAT, qui se dit PRIVATO dans la langue de ce stronzo, ce con de Berlusconi. L'invasion massive est celle du PRIVAT qui est plus qu'une légitime limite de vie privée : un mur, et plus qu'un mur : le bunker où se planque le Dio Denaro...

Putti et putani. - Le nom de Tessin rime désormais avec celui de putain, mais nous sommes tous devenus des putains. Le nom des Ticinesi, les Tessinois qui furent jadis de bravi soldati, selon la chanson, rime avec celui des putti qui sont de petit baigneurs peints dans le lac bleu des cieux voûtés des églises du Tessin, dont le nom rime avec celui de tous les saints...

 

Image : l'affiche hideuse du parti populiste UDC.

 

 

12:05 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tessin, balades

Carnets tessinois (3)

Scajano8.JPG

Nocturnes. - Le banc à la fontaine du bout du village a été repeint, mais une couche de rouge ne suffit pas à effacer nos souvenirs de baisers volés aux soirs de l'adolescence, à présent  il fait encore jour, un garçon fou de rap y gravera peut-être demain, au couteau à cran d'arrêt,  Ti amo Luisa, et dès la nuit revenue reprendront les chers murmures au paradis des premières sensualités, dans le vol effaré des noctuelles et des chauves-souris...

Le Marseillais. - Il nous était permis, enfants, de tapoter les trois ventres du Marseillais se vantant de tout à nos veillées de la fontaine, mais de ses trois boules il se gardait de nous parler, enfants, alors que notre grand frère en partageait le secret tout en nous enjoignant de tapoter le bedon, faute de bossu sous la main pour nous porter chance - mais sur les trois boules notre père concluait : bidon de Marseillais !

Fumetti2.jpegRomances. - Les filles de l'été se repaissaient de feuilletons à l'eau de rose et les garçons  de fumetti, aux filles de l'été nos mères et nos tantes refilaient les derniers numéros de Nous Deux, et toutes cet été-là craquèrent pour les yeux bleus de Jean Sorel en beau meccano  qui en pinçait pour la fille d'un nabab gominé, et l'histoire intitulée L'été fatal finissait par la mort en automobile des deux amants après une première et dernière nuit qui faisait rêver les fanciulle de tous les âges - se non è vero è ben trovato...

Image : le banc à la fontaine de Scajano. Fumetto.

 

11:38 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tessin, balades

Carnets tessinois (2)

Scajano3.JPG

 

Casa  nostra. - La très haute et très étroite maison de pierre se trouvait à la proue du village en surplomb sur le lac, et si serré le village qu'on atteignait la maison par des ruelles et des tunnels au débouché desquels on voyait les eaux vertes tout en bas, et tout était vert de l'autre côté de la maison aux tonnelles sous lesquelles tous le matins la smala se régalait de tartines au miel et de caffelatte...

 

HighsmithCasa.JPGCasaccia sua. - Ses livres et les films qui en ont été tirés en nombre lui auront sûrement rapporté de quoi se construire un palazzo à elle, ce qu'elle a d'ailleurs fait sur le tard au-dessus d'Ascona, mais c'est dans une espèce de casetta ou de casaccia de pierre que j'ai rendu visite à Patricia Highsmith cette année-là, de la même pierre que la maison de nos enfances à l'estive, et c'est là qu'elle a dessiné le petit éléphant que j'ai ramené à l'enfant Julie qui partageait avec elle la passion pour cet animal lent et subtil en lequel elle me dit qu'elle se réincarnerait volontiers...

 

CassFrisch.jpegAu quaternaire. - Et lui aussi, le tout vieux Frisch à tête de Frosch, lui aussi trouva refuge dans les pierres sûres et mûres, sous le soleil pur et dur d'une haute vallée tessinoise - lui aussi choisit ce refuge à l'écart millénaire pour écrire son plus beau livre sans âge...

Images: la maison de nos enfances, à Scajano; la maison de Patricia Highsmith à Aurigeno, dans le val Maggia; la maison de Max Frisch.

 

11:34 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : suisse, tessin, balades