23/07/2018

La bonne âme de Construire

hug-5_1979_mgb_dok_fo_029349.jpg
Charlotte Hug n’est plus, décédée le 15 juillet à Zurich à l’âge de 87 ans. Mais son souvenir demeure très vif, notamment pour ceux qui eurent le privilège de collaborer au journal Construire dont elle incarnait l’esprit avec autant de finesse et d’ouverture d’esprit que de curiosité hardie et de douce fermeté.
C’est avec un mélange de tristesse et de reconnaissance que j’ai appris, ce dimanche, le décès de Charlotte Hug, dont nous évoquions encore la figure si remarquable, il y a peu, avec Jacques Pilet avant que, ce matin, mes amis Roland Jaccard et Jean-François Duval, partageant la même gratitude frottée de nostalgie, ne m’apprennent la nouvelle du décès de cette grande petite dame dirigeant à l’époque les publications de la Migros, et plus précisément Construire, «l’hebdomadaire du capital à but social», avec autant de respect fidèle des principes institués par les Duttweiler que d’ouverture d’esprit et de confiance accordée à ses collaborateurs.
Lorsque, au mitan des années 1970, jeune pigiste indépendant en matière culturelle et littéraire et souvent payé avec un lance- pierres (je me souviens de l’argument de cet éminent rédacteur en chef genevois de la Gazette de Lausanne-Journal de Genève me faisant valoir qu’écrire pour ces titres était déjà une rétribution d’honneur !), je devins collaborateur des pages culturelles de Construire après un entretien à la fois très cordial et très pro dans les bureaux zurichois de Charlotte Hug, la possibilité soudaine de réaliser de pleines pages sur des sujets pas forcément «au goût du jour», sans donner dans l’élitisme confiné, m’est apparue comme une chance rare, immédiatement concrétisée par une page entière consacrée à la poésie chinoise de l’époque des T’ang - plus populaire tu meurs !
Mais en alternance, une rencontre avec le cinéaste Henry Brandt (son film-enquête sur le troisième âge intitulé Le dernier printemps), un entretien avec Denis de Rougemont sur le terrorisme de ces années de plomb, ou cette mémorable semaine passée à Sorrente pour assister aux journées du cinéma consacrée à la Suisse, entre tant d’autres sujets, m’auront permis d’accomplir un travail intéressant sans trop me soucier du prochain commandement de payer…
Surtout, le contexte plus large de Construire, avec ses multiples collaborateurs journalistes ou écrivains - j’ai parlé de Jacques Pilet, mais Etienne Barilier nous rejoignit bientôt avec de très substantielles chroniques, et Jil Silberstein ou Jérôme Deshusses ,Walter Weideli lançant une série sur les moines d’aujourd’hui ou Roland Jaccard défaisant les nœuds de Jacques Lacan…
 
Or la meilleure illustration de l’incomparable accueil ménagé par Charlotte Hug au journalisme culturel (et plus encore) me semble le travail accompli par Jean-François Duval pendant des années, passant cinq semaines en Australie ou sillonnant l’URSS au temps de la pérestroïka, interviewant Woody Allen ou Mircea Eliade aux States et l’on en passe, comme en témoigne son passionnant recueil d’entretiens de Demain quel Occident (Socialinfo, 2018) dont beaucoup ont paru avec la bénédiction de Charlotte Hug...
hug-4_1979-mgb_dok_fo_029348-e1512998947147-300x300.jpg