13/06/2012

Fraternel Jean Vuilleumier

Vuilleumier.jpgAuteur d'une œuvre romanesque aussi considérable qu'inaperçue, le critique et romancier genevois s'est éteint dans sa 79e année.

« L'écrivain écrit par besoin, voilà qui semble généralement admis. Mais quelle est la nature de ce besoin ? Face à la souffrance du monde, quelle peut être sa légitimité ». Ainsi Jean Vuilleumier commençait-il de répondre, il y a quarante ans de ça, à la question « Pourquoi j'écris ? » que lui avait posée Franck Jotterand au fil d'une série publiée par la Gazette littéraire, publiée en recueil en 1971. Au terme de sa réponse, le Vuilleumier trentenaire concluait en ces termes applicables à toute son œuvre ultérieure : « Le besoin d'écrire répond à quelques questions essentielles. Mais le meurtre et l'injustice ne renvoient pas à l'ailleurs de la guerre ou de la révolution.Ils sont perpétrés ici, chaque jour, dans le texte des vies les plus banales. (...) C'est aux confins du silence, au bord d'un vertige toujours suspendu, que l'écriture peut se permettre de surgir, sans illusion ni emphase, rachetée, si elle doit l'être, par la conscience de sa dérisoire insuffisance ».

À l'époque où il écrivait ces mots, Jean Vuilleumier dirigeait les pages littéraires de la Tribune de Genève. Avec Georges Anex et quelques autres, c'était alors l'un des chroniqueurs les plus attentifs de la littérature française et romande. Il n'avait que deux romans à son actif : Le Mal été (L'Age d'Homme, 1968) et Le Rideau noir (L'Aire/Rencontre, 1970), mais sa réflexion oriente toute son œuvre ultérieure. Il était en outre déjà proche de Georges Haldas, dont il partageait l'attention aux « vies perdues », la révolte contre un monde de plus en plus déshumanisé et superficiel, et le goût de la bonne cuisine. Or, une année après la mort tragique de Vladimir Dimitrijevic, qui publia tous ses livres avec la complicité de Claude Frochaux, sa disparition est l'occasion de rendre hommage à un homme discret et à son œuvre comptant plus de trente romans et récits dont l'ensemble constitue la fresque minutieuse et pointilliste d'un univers soumis à ce que Peter Handke (auquel il ressemble parfois) appelait « le poids du monde »

Le meurtre derrière les géraniums

Lorsque Jean Vuilleumier se demande, à 35 ans, ce que l'écrivain peut « face à la souffrance humaine», il ne se paie pas de mots. Nous l'avons vu bouleversé par la tragédie des moines trappistes de Tibéhirine, massacrés par un groupe islamiste en 1996, qu'il évoque dans un livre, mais la  plupart de ses romans modulent une souffrance plus intime et quotidienne, et de pauvres drames que Georges Haldas disait relever du « meurtre sous les géraniums ». De L'écorchement (Prix Rambert 1974) au Combat souterrain (Prix des écrivains de Genève 1975) ou au Simulacre (Prix Schiller 1978), et dans les vingt-cinq livres suivants, l'écrivain genevois  poursuit l'observation clinique de tous nos asservissements quotidiens, nos faillites, nos engluements, notre torpeur ou nos velléités d'action généreuse - notre aspiration à « être plus » malgré tout. Analyste lucide d'un certain syndrome d'impuissance paralysant beaucoup d'auteurs romands, sous l'effet de ce qu'il appelle Le complexe d'Amiel (L'Âge d'Homme, 1985), Jean Vuilleumier incarnait lui aussi, à sa façon, une « conscience malheureuse », dont le délivrait pourtant un intense désir de lumière et de pureté qui l'a fait se passionner pour les « silencieux » et les mystiques.

L'homme était débonnaire et gentiment marié, Pécuchet souriant aux côtés du fulminant Bouvard qu'incarnait son ami Haldas, auquel il consacra un ouvrage référentiel : George Haldas ou l'Etat de poésie (L'Age d'Homme 1985). Le critique littéraire de La Tribune de Genève n'a pas connu de successeur de sa qualité. L'écrivain reste à découvrir, pour beaucoup, dans ses livres sans pareils.    

Poète de la mémoire

Bianciotti.jpg

L'Argentin de Paris a tiré sa révérence. Hector Bianciotti, passeur de littérature et auteur de magnifiques autofictions, est mort à l'âge de 82 ans. 

C'est un écrivain majeur et un critique littéraire de haut vol qui vient de disparaître en la personne d'Hector Bianciotti, mort à Paris à l'âge de 82 ans. Comme le Roumain Cioran, le Tchèque Kundera ou l'Espagnol Semprun, Bianciotti l'Argentin faisait partie de l'espèce singulière des écrivains « étrangers » qui ont vécu comme une seconde naissance en adoptant la langue française. Plus même : Hector Bianciotti fut accueilli à l'Académie française en 1996, où le rejoignit son compagnon Angelo Rinaldi. Mais l'écrivain se disait particulièrement touché d'avoir été fait citoyen d'honeur de la bourgade piémontaise de Cumiana où sonpère avait vu le jour à la fin du XIXe siècle...  

Né dans la pampa d'Argentine où avaient émigré ses parents, qui interdirent à leurs enfants de parler leur dialecte italien d'origine, le jeune Bianciotti, né en 1930. passa par le séminaire catholique et connut « le climat de peur, de délation et d'infamie » de la dictature de Peron. Ses premier romans, autofictions d'une lancinante poésie, traitent avec mélancolie et tendresse un passé souvent âpre, entre la fuite de la plaine argentine et un premier exil (dès 1955) en Italie, où il creva de faim. À ce propos, il écrivait que « si tous les hommes en avaient fait l'expérience, la face du monde, les rapports entre les gens, les nations, seraient autres »...

  Après un séjour de quatre ans en Espagne, Hector Bianciotti débarqua à Paris en 1961, où il ne tarda pas à s'intégrer dans le milieu littéraire (au titre de lecteur chez Gallimard), bientôt publié et reconnu à la fois comme prosateur et critique. Le grand découvreur Maurice Nadeau publia son premier roman (Les déserts dorés, en 1967), et La Quinzaine littéraire, Le Nouvel Observateur et Le Monde accueillirent ses chroniques de grand connaisseur des littératures européenne et mondiale. Passeur de littérature, Hector Bianciotti avait l'art de partager ses enthousiasmes à l'écart des modes et des jargons. Quant à l'auteur du Traité des saisons (1977, Prix Médicis étranger) ou des magnifiques nouvelles de L'Amour n'est pas aimé (Prix du meilleur livre étranger en 1983), il laisse une œuvre marquée au sceau des  douleurs du monde, à la fois collectives et intimes, filtrées par la musique d'une langue - la découverte de la musique fut par ailleurs l'une des expériences marquantes de son enfance - et portées par un mélange d'inquiétude et d'émerveillement devant le monde.

18:02 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature