07/05/2012

De minuscules Odyssées

Leclair4.jpg

Yves Leclair tient un capricant, coruscant et lumineux  Journal d'Ithaque

Yves Leclair est une sorte d'Ulysse terrien, parfois l'aile céleste ou le pied marin, qui a l'art de trouver « l'or du commun » sous tous ses aspects. Les titres de ses livres le révèlent tantôt comme un « voyageur sans titre » et tantôt en « moyen ermite », sensible à « l'antique lumière d'Eden » autant qu'aux « bouts du monde », s'appuyant sur ses « bâtons de randonnée » avant de composer, au retour en son antre de Saumur, tel Manuel de contemplation en montagne (La Table ronde, 2006).

Ses dernières pérégrinations, des bords de la Loire  au port du Pirée, ou de Riquewihr en Alsace, où « la bière laisse perler l'or /de sa lumière vénitienne », à Pruillé-le-chétif dans le Perche où comme Ulysse il cherche « sur les mamelons des collines, /le pêcher rose et l'églantine », cristallisent en 99 odyssées miniatures.

Ainsi le promeneur inspiré grappille-t-il, sous la forme épurée de 99 dizains, autant d'impressions et d'images, de fragments d'éternité filtrés par le verbe le plus délicat.   Le recueil s'ouvre sur une vingtaine de Belles vues et va son chemin très attentif, à la fois particulier et très universel entre  tel «retour du boulot » et telle notation sur les « merveilleux nuages » consignée « après avoir jeté des déchets végétaux », tout se trouvant enfin élevé à la hauteur d'une chose digne d'être vue. Regardez voir si c'est beau !

Yves Leclair. Le Journal d'Ithaque. La Part commune, 127p.

03/05/2012

JLK se met au vert

JLK777E.JPG

Le critique littéraire de 24Heures tourne la page du journalisme le 15 mai ,mais il n'abandonne pas sa passion des livres.

par PhilippeDubath


Désirade7.JPG

On dirait un repaire d'écrivain.Ça tombe bien, c'en est un. Ce chalet qui frôle la forêt, tout en haut d'une pente rude qu'il faut gravir à pied, c'est celui de Jean-Louis Kuffer et de son épouse Lucienne, au vallon de Villard. Ils vivent ici depuis une dizaine d'années, en belle complicité avec leurs deux filles, avec les narcisses et les chevreuils, avec le lac et les montagnes, avec les lumières des saisons qui changent à chaque heure de chaque jour.

Entrons. A gauche, à droite, en haut, en bas, ici, au salon, à la cuisine, dans les chambres, dans les couloirs, partout des livres. Le critique littéraire de 24 heures en a lu une grande partie. Et il garde les plus aimés, les plus précieux. Les autres, il les transmet. «Mais c'est dur de se séparer d'un livre, car dans chacun d'entre eux, un homme, une femme, a mis un peu de sa vie.»

Les livres sont ses amis. Depuis vingt-trois ans, dans 24 heures, avec une attention brûlante pour la littérature francophone, il les présente, les explique, les passe en quelque sorte au lecteur pour lequel il est une solide et rassurante référence. Il l'est d'ailleurs bien au-delà des frontières du canton et même de la Suisse. Car parlez de JLK dans les maisons d'édition de tout l'Hexagone, elles connaissent, et elles respectent.

Bon, le café est chaud, le brouillard se balade devant les fenêtres du chalet La Désirade, Jean-Louis peut évoquer à la table de la cuisine la retraite qui l'attend dès le 15 mai prochain. «A part les grincements de mes articulations, j'ai plutôt le sentiment d'être plus jeune, intérieurement, qu'à 20 ans. Je me sens plus frais d'esprit, plus curieux, plus disponible, plus proche des autres,moins inquiet, moins fragile.»

Aube27.jpg

Il le dit sans hésiter: «L'horizon de la mort n'est pas une hantise.Tous lesmatins, au réveil, j'ai le sentiment d'ouvrir les yeux sur un univers tout noir, mais aux premiers chants d'oiseaux, aux premiers signes de lumière, le monde s'éclaire. Je vis ici dans un lieu idéal en harmonie parfaite avec Lucienne, qui est ma terre ferme, mon socle. Et mon sentiment de découverte et de perception de ce qui m'entoure est plus dense chaque jour.»

Mais la retraite, Jean-Louis, la retraite, à quoi peut-elle ressembler pour un homme qui a passé sa vie à écrire, qui a rédigé son premier texte sur le pacifisme - pour le journal des Unions chrétiennes - à 14 ans, et qui en est à son vingtième livre?

«Je ne sais pas si je vais ressentir quoi que ce soit, car je vais continuer à écrire, avec simplement davantage de temps encore pour mes projets personnels. J'appliquerai la pensée de Maurice Chappaz, qui disait que «le péché du monde moderne est d'avoir perdu son attention»; ou de Ramuz qui invitait à «laisser venir à soi l'immensité des choses». Je crois vraiment que lorsqu'on regarde attentivement les choses et les êtres, on les aime davantage.»

De Prévert à Highsmith

Isbaindien.jpg

Le chalet de Jean-Louis Kuffer est spacieux. Mais pas assez. La faute aux livres.Alors il a trouvé ce qu'il cherche depuis l'enfance, une cabane. «Une cabane dans les arbres. Celle-là n'est pas accrochée aux branches, mais posée sur un pâturage, face au lac.» Allons-y. Dix minutes demarche,même pas, dans le vert tendre des hêtres qui s'éveillent, et voilà l'isba, comme l'a baptisée JLK. «C'est une ancienne étable que m'a donnée un ami. J'y mettrai des livres, des fauteuils, un lit, et sur la table, toujours une bouteille de vin. Notre chalet est à l'écart, cette étable que j'aménage est à l'écart de l'écart. On pourra y lire, y écrire, y rassembler des amis.»

Et souhaitons-le: Jean-Louis y racontera aux passants ses rencontres littéraires et donc humaines. Il racontera comment il a renoncé à vingt ans, par timidité étouffante, à se rendre à un rendez-vous avec Jacques Prévert. Ou comment Patricia Highsmith, qu'il rencontrait au Tessin, lasse de parler d'elle-même, a fini par l'interviewer sur Georges Simenon, avant de publier deux pages sur le père de Maigret dans Libération...

JLK le critique de livres est lui-même un livre loin de se refermer, dont chaque page est une histoire. Rendez-vous à l'isba!



CARNETSJLK2.JPG

Un bourlingueur du monde ouvre ses carnets

Jean-Louis Kuffer mène depuis longtemps une double vie qui ne présente aucun caractère secret: il est journaliste et écrivain. Ces deux existences, JLK les associe, les mélange, les marie dans son vingtième livre, qu'il vient de publier sous le titre de Chemins de traverse; lectures du monde 2000-2005. Tout y est, ses amitiés, ses amours, ses rencontres, ce qu'il appelle la poésie du monde des livres et celle du monde de tous les jours, familial, professionnel, ou cérébral. On peut trouver dans cette chronique élégante et dynamique une vaguelette d'égocentrisme; nous préférons y déceler un regard net et clair, franc, captivant, touchant aussi, d'un homme attentif à son propre chemin et à son époque. Un homme qui se sait «unique, comme chacun, donc irremplaçable». Enfant, Jean-Louis collait des mots et des images dans de grands cahiers. Dès l'âge de 15 ou 16 ans, il s'est mis à écrire chaque jour dans des carnets noirs ses impressions sur la vie. Il n'a jamais cessé et il n'arrêtera jamais de faire des livres. Son blog est un jardin très visité. Faites-y un détour, vous verrez, il y a de jolies fleurs à y cueillir.

Traverse1.jpg

Chemins de traverse; lectures du monde 2000-2005. Postfacede Jean Ziegler. Editions Olivier Morattel, 413 p.

Blog de JLK: http://carnetsdejlk.hautetfort.com/livre

Portrait de JLK au vert: Philippe Dubath

Cette page a paru dans la rubrique culturelle de 24 Heures ce jeudi 3 mai 2012.