21/04/2012

Notre part d'ombre

Dugain3.jpgLe dernier roman de Marc Dugain, Avenue des géants, démêle les racines du mal au coeur de  l'homme.

Marc Dugain aurait pu devenir un tueur génial si les conditions requises de l'inné et de l'acquis avaient été réunies. Au lieu de se cantonner dans le rôle fugace d'un auteur à succès, il aurait pu marquer l'Histoire comme le très cruel Staline, auquel il a consacré un livre, ou comme le très retors John Edgar Hoover, qui lui en a inspiré un autre.  Dans un autre cercle infernal de damnés célèbres moins « officiels » et ne bénéficiant pas de la couverture du Pouvoir et de la « raison d'Etat », il aurait pu laisser une trace sanglante de serial killer égal aux  plus intelligents et aux plus tordus.

C'est du moins ce qu'on se dit en lisant Avenue des géants, terrifiante plongée dans les abysses intimes d'un tueur qui entreprend de se raconter dans un roman après les quarante ans de taule que lui ont valu les meurtres de ses grands-parents, à quinze ans, de sa mère et d'une dizaine de jeunes auto-stoppeuses qu'il décapitait et violait après leur mort.

Tout cela, Marc Dugain le raconte en romancier, avec une fabuleuse capacité de se mettre dans la peau d'un autre. Sa mère à lui ne l'a probablement pas martyrisé, et lui-même n'a sûrement jamais décapité un chat. Jamais il n'a souffert ni fait souffrir comme son protagoniste. N'empêche : il en a mentalement revécu l'horreur et il nous la fait vivre, comme si elle était en nous.

À préciser cependant que ces abominations restent hors-champ, dans le roman, jamais montrées. Rien ici du énième polar exploitant le filon des tueurs en série. On est ici du côté du Dostoïevski de Crime et châtiment, « sacré bon bouquin » au dire du protagoniste qui le sait par cœur, ou du James Ellroy de Ma part d'ombre enquêtant sur la mort de sa mère. Pas trace de complaisance morbide dans ce roman qu'on pourrait dire en quête des racines du mal, chez un homme dont l'enfance à subi une véritable « entreprise de destruction massive de l'affectif » et qui est également en proie à d'irrépressibles pulsions destructrices .

Ainsi qu'il l'explique en fin de volume, Marc Dugain s'est inspiré d'une histoire réelle pour composer ce roman qui vous prend par la gueule dès la première page et ne vous lâche plus. Son protagoniste, Al Kenner, grand diable qui avait plus de deux mètres à 15 ans déjà et un QI supérieur à celui d'Albert Einstein, est le clone romanesque  d'un célèbre tueur américain du nom d'Ed Klemper, toujours incarcéré dans la prison californienne de Vacaville. Le romancier ne fait pas moins œuvre personnelle et originale en donnant à son personnage une épaisseur psychique et affective qui nous le rend très proche.

De fait, et malgré ses crimes passés, Al Kenner est un homme brisé et souffrant, véritable « mort vivant » d'une totale clairvoyance dont l'intelligence supérieure, servie par une hypermnésie redoutable, lui permet d'analyser les tenants et les aboutissants de ses actes sans les excuser à bon compte.

Marqué à vie par une mère tyrannique, il a toujours été paralysé à l'instant du « passage à l'acte », avec les femmes, et s'est ainsi cru exclu a priori de toute vie normale. Il y a en lui une tristesse inguérissable mais, aussi, une irrépressible force qui se manifeste en lui par des sortes de tempêtes intérieures, psychiques et physiques à la fois. La conscience, d'abord panique et diffuse, d'un pouvoir absolu que lui donne le meurtre, et les effets de la réitération de celui-là, vont l'entraîner dans une spirale que seul son récit dévoile et, peut-être, exorcise. Pourtant il n'en reste pas moins sans défense face au mal qui le travaille, que son entourage l' « enfonce » ou cherche à l'aider à en sortir.

Sa mère, qui a vu en lui l'incarnation du diable dès sa naissance, n'aura jamais fait que l'abaisser et l'humilier comme elle n'a cessé d'humilier et d'abaisser son conjoint, « héros » déchu aux yeux du jeune homme qu'elle piétine autant que celui-ci...

Extrêmement lucide et sensible, pénétrant et très nuancé, dans son approche des tourments de l'enfance blessée et des désastreuses conséquences d'une sorte de psychose familiale à répétition (car la grand-mère paternelle d'Al Kenner relance la persécution de l'adolescent en version soft), Marc Dugain ne donne jamais dans le manichéisme ni la simplification démago. En outre, avec son tableau durement réaliste (et notamment dans ses charges contre certains psys ou contre l'angélisme des hippies de l'époque Peace & Love) contrastent trois remarquables personnages (un psychiatre bienveillant et un chef de la criminelle, ainsi qu'une assistante sociale) qui s'attachent au personnage et l'accompagnent sans se douter vraiment de sa puissance maléfique.

Le roman débute le jour de l'assassinat de JFK, dont le meurtrier « vole la vedette » au jeune Kenner, qui flingue le même jour sa grand-mère juste coupable de l'«empêcher de respirer ». Des temps de la guerre au Vietnam à l'ère d'Obama, la fiction revisite la réalité au fil d'un récit qui ne cesse de nous interpeller à de multiples égards, s'agissant de la violence endémique de l'époque ou de  la psychopathologie des tueurs, des avancées ou des illusions de la thérapie, de la fonction des prisons et du cercle vicieux de l'enfermement, du déterminisme et de la liberté, des vertus  de l'empathie humaine et de leurs limites - enfin de ce qu'on fait avec « tout ça » en littérature.

Si Marc Dugain n'a certes pas le génie d'un Dostoïevski ni la « tonne » poétique d'un Cormac Mc Carthy, c'est bel et bien dans la foulée de ceux-là qu'il poursuit, sur sa ligne claire, un parcours d'écrivain de grand souffle. Par son sérieux fondamental autant que par l'humour constant de son observation, sa verve, son mordant, sa tendresse rugueuse aussi, Avenue des géants, probable best seller à venir, rompt autant avec les fades fabrications des honnêtes faiseurs à la Marc Levy ou à la Guillaume Musso, qu'avec la morne littérature littéraire de notre époque d'eaux basses...

Dugain5.jpgMarc Dugain. Avenue des géants. Gallimard, 360p.      

Les commentaires sont fermés.