19/02/2012

Paris gagné

Diplomatie.jpg

De passage à L'Octogone: Diplomatie, de Cyril Gély, évoquant, en raccourci saisissant, la rencontre historique, bouleversante par ses éventuelles conséquences, en août 1944, du gouverneur allemand de Paris, le général Dietrich von Choltiz, et du consul norvégien Raoul Nordling. Dans une magnifique interprétation de Niels Arestrup et André Dussolier.

On ne dira pas que Diplomatie est du très grand théâtre quant au texte, mais le dialogue de Cyril Gély est bien filé et « dessine » les personnages avec une densité croissante. Je n'aime pas beaucoup les envolée voulues « poétiques » par l'auteur, notamment lorsque le Suédois chante les charmes éternels de la Ville Lumière aux aubes bercées par la rumeur « océane » des balais sur les trottoirs ( !), mais la situation symbolique (et plus que réelle) est si formidable, et les deux personnages en présence si intéressants qu'on passe là-dessus ; enfin l'interprétation des deux protagonistes est exceptionnelle, avec un André Dussolier un peu plus Français que Suédois, mais d'une maîtrise impressionnante dans l'alternance de la légèreté dansante et de la véhémence tragique, auquel Niels Arestrup ne le cède en rien dans sa formidable composition du général allemand de plus en plus poignant d'humanité à mesure qu'il s'effondre.  

Deux traits historiques bien marqués par l'auteur m'ont particulièrement intéressé : d'une part, en réponse à l'évocation pathétique de l'injuste  massacre des civils parisiens faite  par Nordling, la référence de Von Choltitz aux bombardements massifs des villes allemandes par les Alliés, et notamment la destruction d'Hambourg par des bombes au phosphore, telle que l'a décrite W.G. Sebald après des années de silence imposé outre-Rhin; d'autre part, le dilemme personnel tragique vécu par le général allemand qui sait, après un décret récent du Führer, que sa famille sera massacrée s'il refuse d'obéir aux ordres.

Or la pièce, avec l'évolution du personnage de Von Choltitz, admirablement modulée par Niels Arestrup, en fort contraste avec la digne grandeur figurée par Nordling-Dussolier, rend bien l'atmosphère d'effondrement de la fin du Reich, rappelant alors  le climat du film mémorable d'Olivier Hirschbiegel, La Chute, dont on se rappelle la prodigieuse prestation de Bruno Ganz plus encore que celui du Paris brûle-t-il ? de René Clément.

On n'a pas coupé, à la fin du spectacle, à la désormais (presque) inévitable, et non moins dérisoire coutume de la standing ovation, heureusement brève, mais j'ai surtout  regretté, pour ma part, le peu de spectateurs de moins de 30 ans dans la salle...      

 

21:09 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : théâtr, guerre, allemagne

Les commentaires sont fermés.