17/12/2011

Quentin la palpite

Quentin1.jpg

Au point d'effusion des égouts: Un premier roman qui « arrache ». En vrille étincelante, entre Los Angeles et le bout de nulle part.                                       

Quentin Mouron : un nom à retenir, illico et pour plus tard. Presto à cause du premier roman de ce lascar, Vaudois et Canadien de 22 ans, dont la « papatte» d'écrivain pur-sang et la vivacité d'esprit saisissent. Plus exactement: « la palpite », selon l'expression de Louis-Ferdinand Céline dont le jeune auteur rappelle à l'évidence la « petite musique ». À savoir le rythme de la phrase : jazzy, précise, scandée, serrée, teigneuse. Pour parler de quoi ? De la Californie mythique et réelle où il débarque seul à vingt ans, après une enfance de Robinson dans les bois canadiens, avec ses parents. De Los Angeles et de son « ciel plus grand qu'ailleurs ». Du rêve qui se vend et qu'on vous reprend. Des gens qui tricotent leur névrose et « se guettent le cœur ».  Des déserts, de Las Vegas, de la frime et de la déprime, de l'amour aussi. Enfin du retour en Suisse où son entourage pépère lui demande : et maintenant ? Ceci pour la trajectoire trop résumée.

Alors un livre du genre « sur la route, le retour » ? Absolument pas. On pourrait s'y tromper à la dégaine de Quentin, style rocker ou jeune premier de série télé, mais un masque peut en cacher un autre. Il l'écrit précisément ailleurs: « Je porte toujours deux masques : le premier pour les autres, le second pour moi-même ».

Or Quentin Mouron n'a rien non plus, pour autant, du phraseur lettreux se complaisant dans les reflets. Dès les premières pages de ce premier récit-roman, ni journal de voyage ni confession, le lecteur est pris par la gueule. L'enjeu est à la fois existentiel et poétiquel. Le récit ne sera pas évasion mais invasion. Tout dans le détail. Le titre, emprunté à Antonin Artaud, dit à la fois le goût et le dégoût du monde. Ramuz disait autrement : « Laissez venir l'immensité des choses ». Et déferlent alors sensations, observations, notations.

Débarqué par le ciel rouge à Los Angeles, à peine sorti de l'enfance (« j'avais pour moi les sortilèges et les rondeurs, le sourire franc - la gueule d'une pièce »), le narrateur note : « C'est une erreur de chercher l'essence dans l'analyse, postérieurement, « au réveil ». Il faut sentir le soir même, toutes voiles dehors, le vent chaud du désert et l'émotion qui brûle la gorge - le feu du ciel. Et le délire ». Et de se dire alors « pas fait pour les voyages ». Comme il dira plus tard qu'il n'aime pas aimer ! Et de « céder aux anges » en tombant à la renverse. Dans la foulée les sentences cristallisent comme dans Voyage au bout de la nuit : « Quand je joue, je sais pourquoi je joue, quand je vis, je ne sais pas pourquoi je vis ». Et voilà que les personnages défilent. Force de Quentin : le portrait au doux acide. À commencer par le cousin Paul, petit flic humilié, qui vit de « compensations ».  Auquel succède, après une sorte de « trou noir » de vertige fiévreux, la cousine Clara chez laquelle le jeune voyageur va passer plus de temps en plein quartier de Westlake à « blancheur d'hôpital », entre « petites maladies » et « ciel en cage », thérapeutes et gourous. Clara qui accuse son « ex » de toutes les turpitudes érotomanes. Clara qui paraît un soir en voie de se libérer avec son jeune cousin, mais qui rentre brutalement dans l'ordre le lendemain: "Au fond c'est l'habitude du malheur qui nous le rend incontournable". Clara que l'éventuelle vie sexuelle de son cousin fait paniquer. Clara qui lui demande lors d'une séquence un peu folle, le jour de l'anniversaire du garçon, de cesser de se branler. Clara qui finira par s'ouvrir les veines...

Quentin7.jpgEt Laura, plus tard, dont le prénom rappelle l'amour imaginaire de Pétrarque, en version macdonaldisée. Laura que le narrateur trouve plutôt moche mais que son regarde « profond, troublé, marin », touche  et qu'il finit par aimer follement, à proportion du rejet qu'elle lui oppose. Clara la folle. Laura la froide. Et plus tard, d'abord à Trona, bled perdu dont l'église-container symbolise la déréliction, puis à Las Vegas où il le retrouve, l'inénarrable Norbert, Bavarois à femmes vasectomisé et foireur qui entrainera le narrateur dans une folle bringue sur une musique démente, « une façon de grincement fabuleux qui vous étire le monde - on se voyait en kaléidoscope ». Autant d'évocations, de L. A. à Vegas via Trona qui se constituent en fresque verbale acerbe et hypersensible à la fois, semée de réflexions saisissantes de lucidité et de désarroi mêlés. Lors d'une conversation, Quentin me confiera qu'il a été aussi à l'aise, dans ses lectures, avec San Antonio qu'avec Céline, autant en phase avec Harry Potter qu'avec Madame Bovary, son livre-fétiche dans lequel il partage surtout les douleurs de  Monsieur. Et d'évoquer, aussi, la folie physique qui l'aura pris, en écriture, à l'écoute de John Coltrane !

Ce n'est pas tout : car Au point d'effusion des égouts s'achève sur une douzaine de pages remarquables, comme assagies du point de vue de la phrase (moins de « célinisme » endiablé...), sur le thème du retour à la normale, pour ne pas dire à la morne norme. Ah vous êtes artiste ! Ah vous écrivez ? Ah vous êtes parti en voyage !? Et maintenant, vous êtes bien avancé ? Et qu'allez vous faire !? Mélancoliques et graves, tendres et sourdement violentes, ces pages  confirment mon sentiment que Quentin Mouron pourrait faire, à l'avenir, de grands livres.  

Au point d'effusion des égouts marque, déjà, un début éclatant. Avec sa forme étrangement « compactée», comme on le dit d'un fichier d'ordinateur, il requiert une lecture très attentive (nullement fastidieuse au demeurant) qui permet d'en extraire toute la substance. On pense aussi à l'image proustienne de ces fleurs en papier comprimées, qui se déploient en beauté dès lors qu'on les plonge dans l'eau.

« Je m'aperçois partout », écrit Quentin Mouron en se repassant les images de son périple initiatique. « Chez tous les hommes que je rencontre ». Et d'ajouter : « Les mœurs, c'est la burqa des peuples. Ils sont semblables dessous. Pas identiques. Semblables. Les paumés de Trona avaient mes traits, mes traits aussi à Vancouver, chez les Chinois. Ma gueule à Chicago. Ma pomme à Montréal. Et Phénix, San Diego, Tijuana - ma pomme encore. Je me suis miré jusqu'au fond des déserts. Je me suis aperçu sur les crêtes. Retrouvé dans les grottes. Contemplé sur les lacs. On ne se débarrasse pas du monde en invoquant les moeurs. On ne se débarrasse pas de soi en invoquant le monde ».

Quentin3.jpgQuentin Mouron. Au point d'effusion des égouts. Préface de Pierre-Yves Lador.  Olivier Morattel, 137p.

 (Cet article constitue la version "longue" du papier paru le samedi 17 décembre dans 24Heures.)

A Lire aussi l'article enthousiaste de Claude Amstutz sur son blog de La Scie rêveuse: http://lasciereveuse.hautetfort.com

 

11:09 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, amérique

05/12/2011

L'on lit à TULALU

kuffer06.jpgL'Association Tulalu!?

est heureuse de vous inviter à la prochaine édition de son café littéraire avec :

Jean-Louis Kuffer

Auteur primé et journaliste passionné, il sera l'invité de Tulalu!?

le lundi 5 décembre à 20h30

au premier étage du café Lausanne-Moudon.

Le thème de la soirée:

La mémoire créatrice

Le retour quotidien, et en constante évolution, de tout ce qui a été capté dés l'enfance et de tout ce qui continue de l'être, à tout moment transformé par ce que nous sommes aujourd'hui et par l'écriture elle-même. La mémoire nous lie évidemment à ceux qui nous précèdent, mais également à ceux qui viennent et qui nous font revisiter le présent. La mémoire est une recréation constante.

Pour illustrer sa vision d'une mémoire en constant re-devenir, JLK lira des extraits de plusieurs de ses livres travaillés par cette démarche.

BookJLK7.JPG

Dans Par les temps qui courent (Campiche, 1995) : Soleil d'hiver, évocation d'une jeunesse bohème dans le Vieux Quartier de Lausanne.

BookJLK3.JPG

Dans Le Pain de coucou (L'Age d'Homme, 1983). Diverses séquences de cette première évocation d'une enfance partagée entre deux cultures romande et alémanique.

Enfant9.JPG

Dans L'Enfant prodigue (D'autre Part, 2011). Deux extraits de cette nouvelle remémoration recréatrice du Temps qui passe.

Dans Rhapsodies panoptiques. La présentation d'un nouveau projet narratif inscrit dans le temps présent et brassant toutes les époques en consonance.

JLK sur la Toile

Carnets de JLK : http://carnetsdejlk.hautetfort.com/

JLK sur Facebook : http: //facebook.com/people/Jean-Louis_Kuffer/1438776315

Passion de lire, blog littéraire de 24 Heures : http://passiondelire.blog.24heures.ch

La Maison cinéma, blog cinéphile de 24Heureshttp://leopard.blog.24heures.ch

Sur JLK

http://blogres.blog.tdg.ch/archive/2011/02/18/l-enfant-pr...

Rencontres littéraires TULALU ?!

079/791.92.43

www.tulalu.wordpress.com

 

03/12/2011

Et Quentin se pointa !

Quentin1.jpg

Un jeune écrivain surgit au coin du bois. Et quel ! Retenez ce nom: Quentin Mouron. Dès aujourd'hui en signature chez Payot - La Chaux-de-Fonds.

On entend ces jours des tas de bonnes nouvelles. Comme quoi la Crise. Les effondrements partout. Les indignés en tache d'huile. Misère et colère aux entournures des déserts et des villes polluées. Mais là, ce matin, tout neuf, j'ai du plus joyce qui me réjouit comme jamais et toujours et  encore : la venue au monde d'un écrivain !

Tout jeunot mais en sachant déjà long sur La Chose, j'dirai : la musique des mots et des choses. Crépitant de talent comme un essaim d'étincelles mais pas que pour l'effet ! Vraiment piqué poignant l'Quentin Mouron ! Déjà ce nom ! Et cette papatte ! Cet instinct sûr presque à tout coup. Je ne dis pas parfait loin de là mais presque. Mieux que parfait : intense et décidé. Fin d'antennes et de lame. Célinien jusqu'au bout des griffes. Parfois un peu trop même dans le phrasé rythmique et les rimes internes. Pêche de jeunesse qui fruitera dans la foulée. Mais cette vieille jeunesse du regard. Pas molle mais grave, vive, incisive, véhémente, charnelle et hypersensitive dès la première page abouchée au réel. Los Angeles en panoramique et ensuite l'Amérique par le détail. Or on sait que dans le détail gît le dieu musicien. Et voilà que dès la première page d'Au point d'effusion des égouts ce dieu-là pétille de neuve braise et vous incendie.

J'précise, chose annexe, que Quentin Mouron, Canadien et Suisse d'origine, n'a que vingt-deux ans et sans rien pour autant du chiant «djeune » genre attention j'arrive y a que moi ! Ou presque pas. Déjà rusé comme un bronco de rodéo le poulain piaffant. Déjà vous alignant des sentences à la Ferdine, parfois un peu voyantes, mais ça lui passera avant que ça vous reprenne et ce premier galop est étourdissant en toute lucidité tripale si j'ose dire -  et j'ose;  et j'y reviendrai plus souvent qu'à mon tour...

Quentin2.jpg

Quentin  Mouron. Au point d'effusion des égouts. Olivier Morattel, 137p.

 

02/12/2011

Le génie de Gina

Gina2.jpg

À découvrir absolument: Eugénie Rebetez, alias Gina, ce soir et demain à L'Echandole. Pour un show à pleurer de rire et de bonheur.

Elle couine et marmonne, elle danse et se contorsionne, elle joue avec son corps charnel avec autant de rouerie narquoise que de tendre bonhomie, elle est à l'aise dans sa chair généreuse autant que sous tous les masques que prend son visage - c'est une super souris (c'est ce qu'on disait jadis d'une fille craquante ) et une sorte d'éléphante trépignante quand elle l'entend ainsi, elle est ballerine virtuose, qu'on pozrrait dire enveloppée mais avec une grâce irradiamnte qu'elle aime casser à volonté; elle aime sa vie et ses couacs, elle nous fait aimer notre vie et nos propres faux pas - c'est en somme une humanité à elle seule que Gina qui nous rappelle à la fois Zouc et Isadora, les Mummenschanz et la clownesse Gardi Hutter, mais avec sa touche à elle, sa patte, sa gouaille de petite fille restée Mimi Cracra ou ses multiples personnages grappillés vite fait à la Comédie sociale, de la star rockeuse d'Aérobic effréné  à la rappeuse, ou de la diva danseuse gorillant divinement  un air d'opéra aux  plus inénarrables facéties oscillant entre pitrerie et poésie.

Bref, c'est une artiste d'une formidable originalité qu'Eugénie Rebetez, Gina sur la scène, qu'on peut voir ces jours à Yverdon-les-Bains et ce jusqu'à demain soir.

Gina1.jpg

Yverdon-les-Bains. Théâtre de l'Echandole, jusqu'au 3 décembre.

 

17:02 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : danse, humour