09/11/2011

En mémoire de Claude Delarue

Avec Le bel obèse, Claude Delarue a signé, en 2008, un livre à la fois captivant, cinglant, amusant, émouvant, profond sans jamais peser.

16281552.jpgQui fut vraiment Marlon Brando ? L'un des plus grands acteurs du XXe siècle ? Certes, mais encore ? Un mufle odieux à ses heures ? Sans doute. Un mégalo dépressif chronique ? Sûrement. Un interprète génial crachant sur le cinéma ? Un tombeur de femmes crachant sur le sexe ? Un boulimique à jamais inassouvi ? Un rustre capable de respect humain ? Un révolté sincère mais incompris ? Un extravagant ascète à sa façon ? Tout cela et bien plus, autant dire la complexité tordue faite homme, immense comédien et mec perdu : monstre fragile.

Or son autobiographie en dit-elle beaucoup plus que la douzaine de bios qui lui ont été consacrées jusque-là ? Et que peut nous en apprendre un roman ? La réponse  est dans Le bel obèse, le plus extraverti (en apparence) et le plus puissant des romans de l'écrivain genevois de Paris, qui « sculpte » un grand fauve humain, aussi attachant qu'indomptable, dans la masse mouvante d'une destinée «inventée» mais toujours plausible, entre deux femmes et un ami constituant eux aussi de magnifiques figures romanesques.

Qu'est allé chercher Brandès sur l'île suédoise de Fårö cher à Bergman, où il se planque seul dans une propriété en bord de mer ? Est-ce en hommage au cinéaste qu'il adule en regrettant de n'avoir jamais joué pour lui ? A d'autres ! pense Laure Danielli, quadragénaire italo-franco-américaine qui vient de s'installer dans une grande maison toute proche de celle du «monstre», avec lequel elle a un compte à régler depuis plus de vingt ans. Humiliée sur un lieu de tournage par «l'Empereur», la jeune actrice qu'elle voulait devenir a sombré dans l'autodestruction avant de rebondir dans la fabrication de romans dont le succès international l'étonne la première, car elle se trouve plutôt médiocre romancière. Sa propre présence à Fårö, où elle a racheté la demeure du mari architecte d'une amie de jeunesse, est liée à ce passé, et comme une connivence teigneuse s'établit dès sa première visite à Brandès, qu'elle aide à se couper les ongles des doigts de pieds (pas facile pour un gros tas de 130 kilos) avant de lui offrir de l'aider à rédiger son autobiographie. Dans la foulée débarque une espèce de vieil hippie, porteur d'une drôle de sacoche tissée au mystérieux contenu : David pour son vieil ami Brandès, l'inoubliable Alkan pour ses anciens étudiants du Collège de France où il enseignait l'ethnologie, censé rejoindre l'acteur avec l'une des rares femmes qui aient à peu près « dompté » le fulminant étalon. Mais Emerinda Ullman n'est pas là, ou pas tout à fait. Car son fantôme, et pas seulement, apparaît parfois à Brandès, lequel a loué cette maison (où elle a passé son enfance) pour se racheter d'on ne sait encore quoi. On le verra : mais gardons-nous d'en «raconter» plus...

S'il a les ingrédients d'un thriller, avec des « scènes à faire » carabinées, Le bel obèse impressionne pour d'autres raisons que l'« efficacité » : c'est que tout y sonne humainement vrai, jusqu'au grotesque spectaculaire qui va si bien à Brandès-Brando (son « vrai nom », issu de l'alsacien Brandeau...) et au tragi-comique grinçant dans lequel baignent quatre personnages hors norme en quête d'eux-mêmes et en proie aux mêmes démons : la solitude, le manque d'amour, le vieillissement, le besoin compulsif de créer, la maladie et la mort qui font les folles sur le carrousel du Happy End.

Il n'y a actuellement, parmi les romanciers suisses, que Martin Suter (notamment dans le splendide Small World) pour combiner, avec autant de maestria, un scénario si captivant et un « sous-texte » si riche, des personnages si fouillés et une masse d'observations si pénétrantes sur l'époque, la « vraie vie » et ses illusions, la comédie humaine et les à-pics qui la cernent, l'émotion pure enfin d'un dénouement à chialer. Solidement ancré sur ce rivage nordique où Rabelais broute des fraises sauvages avec des moutons menacés de tremblante, riche d'évocations lyriques, tour à tour grinçant et poignant, scabreux parfois mais avec une sorte d'élégance, le sourire du désespoir aux lèvres, Le bel obèse, sans peser, a le poids des grands livres...

2098775535.JPG

Claude Delarue. Le bel obèse. Fayard, 357p.

Cet article a paru dans l'édition de 24Heures du 15 avril 2008.

 

 

 

 

17:56 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.