05/08/2011

Carnets tunisiens (10)

Tunisie89.jpg

Délivrance. - Depuis notre premier soir à La Goulette, où nos premiers échanges amicaux ont duré des heures autour d'une table en terrasse, les mots-clefs qui m'ont semblé caractériser le ton de toutes nos conversations auront été: soulagement, libération, espérance, sur fond d'inquiétude latente, mais comme un nouveau souffle se manifestant à tout coup, avec quelle reconnaissance de tous pour « les jeunes »...

Impatience. - Et cette fébrilité partout perceptible, notamment dans les journaux qu'on sent traversés par le souffle d'un débat de fond, véritable raz-de-marée d'expression relevant visiblement de l'exorcisme et de la compulsion, où le sentiment d'urgence revient à tout moment, et les mises en garde, les avertissements, les appels à la responsabilité, la dénonciation des fauteurs de troubles, la méfiance envers ceux qui pourraient trahir ou capter la révolution.

Espérance. - Certains médias occidentaux semblent déjà se réjouir, avec quelle mauvaise Schadenfreude, de ce qu'ils décrivent, en termes plus ou moins méprisants, comme une retombée, voire une faillite, de ce qu'on a appelé le « printemps arabe ». Mais que peut-on en dire au juste ? La Bourse de Tunis, m'apprend un journal financier africain, accuse un recul « historique » de 19% pour les six premiers mois de l'année. Et qu'en conclure ? Partout on entend ici que « rien ne sera plus jamais comme avant ». Très exactement ce que disait la rue de Mai 68, dans le Quartier latin où nous avions débarqué, jeunes camarades, en petite caravane de Deux-Chevaux helvètes, et de fait bien des choses ont changé de puis lors, mais bien autrement que nous nous le figurions, et qui pourrait imaginer ce que sera l'avenir du monde mondialisé - quelle sorte d'espérance qui ne soit pas à trop bon marché ?

A l'instant je me rappelle cependant cette autre formule de la Révolution du jasmin : « Plus jamais peur ». Et me revient alors l'observation de Jalel El Gharbi se faisant reprendre par ses enfants avant la chute de  Ben Ali : « Chut, papa, on pourrait t'entendre... ».

Où l'espoir du « plus jamais ça ! » rend un son propre à ce qui s'est passé en Tunisie...

Tunisie34.jpg

 

Les commentaires sont fermés.