26/07/2011

Carnets tunisiens (3)

Tunisie24.jpg

Dans le bleu. – On sait que c’est au Baron d’Erlanger, peintre délicat, que Sidi Bou Saïd doit le dominion établi de son bleu, sans pareil au monde si l’on excepte quelque ruelle ou quelque place de Séville ou des Cyclades, mais un tel ensemble, ici, du blanc chaulé et de cet extrême azur qu’exaltent le violet ou le rouge et le blanc des bougainvillées et du jasmin, me paraît sans pareil, qui dépasse le pittoresque et le pictural pour devenir peinture sculptée ou architecture rêvée par un géomètre poète de la vraie races des bâtisseurs anonymes pour lesquels la beauté relève d’une seconde nature. On en reste sans voix.
Or, à ce bonheur avéré s’ajoute ces jours celui de voir les terrasses, au soir venant et à la nuit se faisant lentement sur la baie, occupées par des Tunisiens de tous âges et semblant goûter le lieu plus tranquillement, au lieu de la meute ordinaire et des touristes en pantelants troupeaux - et la nuit vient, on savoure son thé de menthe les yeux perdus jusqu’au Mont de Plomb, de l’autre côté des eaux ; et les amis s’attarderont longtemps encore à poursuivre sans discontinuer leur débat sur la vie qui va dans ce pays tout occupé de soi…

À La Médina. – Avant cela nous nous étions perdus dans la médina, dans la houle canalisée de la foule entre les hauts murs à vérandas et moucharabiehs, à travers la touffeur des odeurs sucrées et des beignets, des parfums, des narguilés, et dans cette boutique où je m’étais arrêté pour faire l’achat d’une sacoche de cuir utile à l’attirail du plumassier, le prénommé Brahim, avenant, avait sorti son briquet pour me prouver que ce cuir-là n’était pas du skaï et valait donc son pesant de dinars, et j’avais réduit la mise de moitié et Brahim me demandant quel avenir je voyais à son pays je lui répondis comme au jeune doTunisie44.jpguanier me le demandant pareillement : mais mon gars c’est ton affaire et je te la souhaite aussi bonne !


Tigre.jpgLa sieste du tigre. - De la progression des salafistes et du ramadan prochain dont le parti religieux pourrait tirer profit politique, du sort de la Banque islamique ou de la déconvenue liée au nouveau pacte républicain, le tigre du zoo du Belvédère ne semble point se préoccuper le moins du monde, mais qui oserait lui parler de liberté à celui-là !
Nous avons subi cet après-midi la morgue de la lionne et le dédain du cerf de l’Atlas, le regard plus doux et plus triste à la fois du Mouflon et, sur leur rocher, les mimiques de défi des macaques, le rhinocéros se tourner à notre arrivée pour ne plus nous nous montre que son derrière de blindé – nous avons perçu l’humeur de massacre des encagés, et je me suis rappelé ce paragraphe de Rien que la terre de Paul Morand où tout est dit de cette confrontation : « Je rêve d’un pacte de sécurité entre l’homme et les animaux, où chacun cessant d’obéir à la loi de la jungle, s’engagerait à se respecter en s’aimant ; où les tigres, comme des frères, viendraient à Singapore se faire soigner les dents par le dentiste japonais ou épiler les moustaches par le coiffeur chinois, iraient au besoin se faire admirer dans ces jardins zoologiques qui seraient comme d’accueillants hôtels, puis rentreraient librement chez eux dans la forêt équatoriale. Mais comment leur cacher que les hommes mangent de la viande ?

Images: Sidi Bou Saïd, une toile du baron d'Erlanger, le tigre qui fait le mur.

20:22 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage, tunisie, politique

Les commentaires sont fermés.