27/02/2010

Quand Philippe Djian s’égare

Djian4.jpgAvec Incidences, la satire pèse des tonnes


CRITIQUE L’œuvre de Philippe Djian, auteur «culte» révélé en 1985 par 37°2 le matin et quelques autres romans «djeunes», a été marquée par une évolution remarquable et la constitution d’un véritable univers, dans les marges déglingués de la société, où la famille éclatée se recompose en tribus plus ou moins sauvages. Romancier d’instinct fortement influencé par les Américains, l’auteur, passé chez Gallimard avec Sotos, en 1993, puis dans Assassins, Sainte-Bob ou Impuretés, entre autres, a développé une observation rappelant parfois Simenon, ou Patricia Highsmith, sur les destinées de l’humanité moyenne. Recherchant parfois l’effet (le succès ?), Djian fut souvent inégal, comme dans le pénible Vers chez les Blanc se la jouant « hard », ou dans sa série laborieuse de Doggy Bag.
Avec Incidences, Philippe Djian se voudrait un percutant satiriste, gorillant la cuistrerie académique et le politiquement correct. N’est pas hélas Philip Roth qui veut. Dès les premières pages, où il est question d’une étudiante draguée par son prof, baisée chez lui, morte on ne sait comment durant la nuit et jetée dans un trou sombre au matin, l’invraisemblable de la situation nous saute aux yeux «comme une fusée», pour parler comme Djian écrit à la page 211 : « D’un baiser, elle le renversait sur le lit et montait sur lui – et lui faisait vivre des moments au pied desquels il aurait, pour ainsi dire, plus ou moins déposé résolument son âme en temps normal, tandis qu’elle se trémoussait sur lui comme un ver en se pinçant les seins et qu’il se sentait bondir en elle comme une fusée »…
On ne saurait reprocher à l’auteur, bien entendu, de s’atteler au portrait d’un pédant imbécile qui découvre l’amour d’une femme mûre après avoir jeté la fille de celle-ci dans une crevasse naturelle. On voit bien le second degré qui permet à l’auteur de tourner en bourrique son protagoniste, niais et nul, autant que sa « pétasse » de sœur, avec laquelle il a subi en enfance les sévices d’une mère si monstrueuse que tout s’explique, n’est-ce pas ? Hélas, à nos yeux en tout cas, la vacherie ne passe pas. Les humoristes Reiser, ou Desproges, sont parfois bien plus féroces que Djian, mais jamais sans élégance ni tendresse. La satire de Philip Roth est combien plus percutante aussi, mais par protestation d’intelligence et d’humour, tous deux absents de ce pauvre Incidences…

Philippe Djian. Incidences. Gallimard, 232p.

13:13 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.