28/08/2009

Zapping de rentrée

Salvayre.jpgMauvignier.jpg

LireFauquemberg09.JPG

Ces notules à la volée sont juste indicatives. Chacun des livres cités devrait faire l’objet d’un article plus développé, à paraître sur mes blogs ou dans les pages de 24Heures et du Passe-Muraille.

Mal tiempo, de David Fauquemberg. Fayard, 380p.
J’avais signalé le punch de David Fauquemberg après lecture de Nullarbor (Prix Nicolas Bouvier 2007), et le voici multiplié par dix, dans un roman tendu et captivant, vigoureux et subtil, formidable portrait d’un jeune boxeur cubain « par désespoir », dont l’honneur ombrageux sera en butte aux règles biaisées, voire pourries, de la politique et de la spéculation. Autre portrait non moins complexe, ici « en creux » : celui du narrateur, el Francés, proche sans doute de l’auteur. Passionnant, même pour un lecteur que The Game n’intéresse pas « en soi ». Michel Déon et le chroniqueur de L’Equipe ont raffolé de ce livre qui s’inscrit dans la filiation d’Hemingway et de Mailer !


°°°


BW, de Lidye Salvayre. Seuil, 205p.
On connaît le talent incisif, cinglant et pénétrant à la fois, de la redoutable Lydie Salvayre. À la férocité critique de cette intraitable observatrice des mondes actuels, s’ajoute ici une profonde tendresse de complicité puisque les initiales BW désignent le nom de son compagnon de vie et de rages, mais aussi de passions (sauf celle du voyage, dont BW a l’apanage exclusif), qu’elle écoute et fait parler tout en ne se privant pas de la ramener. Grand voyageur à travers la vie, grand lecteur, grand amateur de femmes, BW fut un éditeur au sens le plus noble du découvreur. Or ce livre raconte son refus d’obtempérer à l'ère de la massification et du Diktat des grandes boîtes, et sa décision de rompre avec l’édition, au fil d’un portrait qui devient celui du nouveau dissident en société de consommation.

°°°


Revaz2.jpgEfina, de Noëlle Revaz. Gallimard, 182p.
Après un premier roman, intitulé Rapport aux bêtes et souvent adulé, excessivement à mon goût en dépit de son originalité certaine, Noëlle Revaz n’a plus rien publié d’égal et l’on se demandait si elle ne resterait pas l’auteure d’un seul livre, « démolie » par un trop brillant début. Tout au contraire : Efina montre une neuve et irrésistible énergie, à quoi s’ajoute l’humour dévastateur des cœurs cabossés. Magnifique roman des relations mimétiques (dont René Girard a tout vu et tout dit) et de la guerre des sexes, Efina est également un double portrait de femme adorablement imbuvable et de comédien, imbuvablement adorable, au fil des années qui ont vu les trentenaires devenir, selon la règle, de futurs quinquagénaires. Par ailleurs, le livre est traversé par une réflexion implicite sur le théâtre et ses multiples avatars et jeux de miroirs, entre lettres qu'on s'envoie, leurres des mails et des SMS, déclarations dé-fi-ni-tives et démentis de la vie qui va...

°°°


Des hommes, de Laurent Mauvignier. Minuit, 280p.

On se dit d’abord que l’auteur s’empêtre, se prend les pieds dans ses phrases et tourne autour du pot, tout au portrait d’une espèce de SDF empoisonnant son entourage familial, avec un premier esclandre qui devrait nous faire juger, plutôt, le milieu en question. Bernard, dit Feu-de-bois, ose en effet offrir un cadeau coûteux à sa sœur aimée. Scandale : d’où lui vient cet argent, lui qui ne cesse de nous tauper ? A-t-il fait les poches de sa mère ?… Sur quoi le livre bascule, on se retrouve dans la nuit d’Algérie, quelques décennies plus tôt, et c’est un autre Bernard qu’on découvre, les tenants d’une autre tragédie à double face, la guerre et la jeunesse, des hommes jetés les uns contre les autres et l’école de la vie, comme on dit chez les scouts. À détailler, évidemment, pour la construction et la dentelle barbelée de l’écriture…

À suivre:

L’incendie du Hilton, de François Bon.
Un roman français, de Frédéric Beigdeber. Grasset, 281p.

Personne, de Gwenaëlle Aubry.
La barque silencieuse, de Pascal Quignard.
L’homme invisible, de Pascal Janovjak.
Les Hauts plateaux, de Lieve Joris.
Le silence des abeilles, de Daniel de Roulet.

 

10:11 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.