03/04/2009

Ministre de la honte

Fahad.jpg
Lettre de Fernand Melgar après l'expulsion brutale de Fahad K., menotté comme un malfaiteur.

Fahad K. a été réveillé par la police au petit matin dans sa cellule zurichoise ce jeudi. Alors qu’il n’opposait aucune résistance, fortement affaibli par sa mise à l’isolement depuis une semaine, six policiers l’ont menotté aux chevilles et aux poignets puis sanglé les cuisses et les bras. Ils l’ont ensuite mis dans un vol spécialement affrété pour la Suède.

La mandataire juridique Elise Shubs et moi-même avions pourtant fait part jeudi dernier 26 mars au proche collaborateur et à la chargée de communication de la Conseillère fédérale, qu’en cas d’échec du dernier recours, Fahad K. souhaitait partir volontairement sur un vol de ligne pour la Suède. Même cette dernière demande, qui aurait permis à Fahad K. de quitter le sol helvétique avec dignité, n’a pas été entendue par Mme Widmer Schlumpf. Ce qui aurait pourtant permis au contribuable suisse de faire une économie de 60'000 francs...

A cette heure, l’Office fédéral des migrations n’a toujours pas averti officiellement la mandataire juridique du départ forcé de Fahad K. C’est lui-même qui l’a appelé depuis Stockholm pour la prévenir de son expulsion.

A son arrivée à Stockholm, les autorités suédoises lui ont transmis la décision de renvoi vers l’Irak, lui annonçant qu’il allait retourner au camp de Boden (à 1060 km au nord de Stockholm) qui regroupe des requérants irakiens en vue de leur expulsion.

En effet, afin de limiter le nombre d’Irakiens sur son sol, la Suède a conclu en avril 2007 des accords avec l’Irak pour rendre les renvois forcés possibles malgré la situation de violence généralisée qui persiste dans ce pays. La Suède a mis également en place des procédures d'asile accélérées pour simplifier les renvois des requérants irakiens.

La Suisse, la France et Amnesty International sont opposés à tout renvoi forcé vers l'Irak à l’heure actuelle. Conformément à la position du Haut Commissariat aux Réfugiés, ils estiment que toutes les personnes originaires, comme Fahad K., du sud et du centre de l'Irak doivent obtenir le statut de réfugié ou une forme de protection subsidiaire.

Fahad K. a quitté l’Irak en été 2007 avec des motifs d’asile solides. En examinant son dossier, il ressort que les autorités suédoises n’ont pas tenu compte de la portée des risques que ce dernier encourt en Irak comme ancien interprète de l’Armée américaine. La Suisse avait la possibilité de corriger cette erreur en faisant recours à la clause de souveraineté qui permet aux Etats de se saisir d’une demande d’asile et d’entrer en matière sur celle-ci dans certains cas.
Lettre de Fernand Melgar après l'expulsion brutale de Fahad K., menotté comme un malfaiteur.

Fahad K. a été réveillé par la police au petit matin dans sa cellule zurichoise ce jeudi. Alors qu’il n’opposait aucune résistance, fortement affaibli par sa mise à l’isolement depuis une semaine, six policiers l’ont menotté aux chevilles et aux poignets puis sanglé les cuisses et les bras. Ils l’ont ensuite mis dans un vol spécialement affrété pour la Suède.

La mandataire juridique Elise Shubs et moi-même avions pourtant fait part jeudi dernier 26 mars au proche collaborateur et à la chargée de communication de la Conseillère fédérale, qu’en cas d’échec du dernier recours, Fahad K. souhaitait partir volontairement sur un vol de ligne pour la Suède. Même cette dernière demande, qui aurait permis à Fahad K. de quitter le sol helvétique avec dignité, n’a pas été entendue par Mme Widmer Schlumpf. Ce qui aurait pourtant permis au contribuable suisse de faire une économie de 60'000 francs...

A cette heure, l’Office fédéral des migrations n’a toujours pas averti officiellement la mandataire juridique du départ forcé de Fahad K. C’est lui-même qui l’a appelé depuis Stockholm pour la prévenir de son expulsion.

A son arrivée à Stockholm, les autorités suédoises lui ont transmis la décision de renvoi vers l’Irak, lui annonçant qu’il allait retourner au camp de Boden (à 1060 km au nord de Stockholm) qui regroupe des requérants irakiens en vue de leur expulsion.

En effet, afin de limiter le nombre d’Irakiens sur son sol, la Suède a conclu en avril 2007 des accords avec l’Irak pour rendre les renvois forcés possibles malgré la situation de violence généralisée qui persiste dans ce pays. La Suède a mis également en place des procédures d'asile accélérées pour simplifier les renvois des requérants irakiens.

La Suisse, la France et Amnesty International sont opposés à tout renvoi forcé vers l'Irak à l’heure actuelle. Conformément à la position du Haut Commissariat aux Réfugiés, ils estiment que toutes les personnes originaires, comme Fahad K., du sud et du centre de l'Irak doivent obtenir le statut de réfugié ou une forme de protection subsidiaire.

Fahad K. a quitté l’Irak en été 2007 avec des motifs d’asile solides. En examinant son dossier, il ressort que les autorités suédoises n’ont pas tenu compte de la portée des risques que ce dernier encourt en Irak comme ancien interprète de l’Armée américaine. La Suisse avait la possibilité de corriger cette erreur en faisant recours à la clause de souveraineté qui permet aux Etats de se saisir d’une demande d’asile et d’entrer en matière sur celle-ci dans certains cas.

Aujourd’hui, les autorités suédoises ont attribué d’office la même mandataire juridique que lors de son dernier séjour. Cette dernière ne maitrise pas l’anglais et avait transmis la décision de renvoi vers l’Irak à Fahad K. trop tard pour pouvoir faire un recours, un vice de forme reconnu par l’Office fédéral suisse des migrations. Elle aura 21 jours pour faire un dernier recours contre cette décision bien qu’elle ne connaisse pas le dossier.

Fahad K. se retrouve ce soir seul en Suède, dans un état de santé physique et psychique alarmant, traumatisé par son passage en Suisse et terrorisé par ce qu’il l’attend. Il se dit soulagé de ne plus avoir à faire à la police suisse.

Désolé d’avoir à vous apprendre de si tristes nouvelles et merci encore pour votre soutien.

Post Scriptum

Aujourd’hui, les autorités suédoises ont attribué d’office la même mandataire juridique que lors de son dernier séjour. Cette dernière ne maitrise pas l’anglais et avait transmis la décision de renvoi vers l’Irak à Fahad K. trop tard pour pouvoir faire un recours, un vice de forme reconnu par l’Office fédéral suisse des migrations. Elle aura 21 jours pour faire un dernier recours contre cette décision bien qu’elle ne connaisse pas le dossier.

Fahad K. se retrouve ce soir seul en Suède, dans un état de santé physique et psychique alarmant, traumatisé par son passage en Suisse et terrorisé par ce qu’il l’attend. Il se dit soulagé de ne plus avoir à faire à la police suisse.

Désolé d’avoir à vous apprendre de si tristes nouvelles et merci encore pour votre soutien.

F.M.
Melgar17.jpgPour mémoire: à la sortie de la projection, au Festival de Locarno 2008, de La Forteresse de Fernand Melgar, dont Fahad K. est l'un des protagonistes, Madame Eveline Widmer Schlumpf déclarait  au soussigné: "Je suis impressionnée. C'est un film objectif qui peut aider à la meilleure compréhension humaine des requérants d'asile dans notre pays. J'espère qu'il sera largement diffusé dans les écoles et que nos collaborateurs le verront eux aussi." No comment...  

07:14 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : suisse, politique, asile

Commentaires

Ce matin à la radio Madame a dit que la Suède est un pays avec une longue tradition de terre d'asile (ce ne sont pas ses mots exactes, mais le fond est bien celui-ci)..La Suède n'est plus celle qu'elle était dans les années 70', et n'importe quel idiot s'intéressant un peu à la politique internationale le sait, la Suède est un gouvernement qui adopte depuis des années un durcissement évident dans sa politique d'asile. A croire que madame a une réelle envie de nous prendre tous pour des idiots, avec ses prises de positions cyniques; à force de se cacher derrière les lois et les décrets l'histoire se répète. Tout ceci en dépit des plus faibles.

Écrit par : Tania Zambrano Ovalle | 03/04/2009

Si j'ai bien compris les soucis de cet irakien, c'est qu'il a travaillé pour les américains. Pourquoi ne va-t-il pas chez eux? C'est un problème américain et je ne vois pas pouquoi la Suisse devrait se rainer par-terre de honte parce qu'elle ne veut pas de lui chez elle. La liberté de choisir existe. Et ce n'est pas parce qu'un obscur faiseur de cinéma en a fait malhonnêtement une vedette, qu'il faille obligatoirement l'adopter. L
Le problème de la Suisse et de l'Europe ne général, c''est qu'on ne sait plus mettre de limites à la dimension humaine. Oui, il y en a: nous ne sommes pas des dieux

Écrit par : Berenard Lehmann | 03/04/2009

La lettre de M. Melgar devrait être dédiée aux ardents supporters de la conseillère fédérale grisonne : elle est des leurs, à défaut d'être des nôtres ! Pourquoi tu tousses, Ueli Leuenberger ?

Du coup, on ne saura jamais si Christoph Blocher n’aurait pas fait preuve de davantage de mansuétude… Lui, n’avait rien à prouver en matière d’intransigeance et il aurait pu profiter de l’occasion pour montrer qu’il n’était pas l’irréductible xénophobe que certains prétendent.

Mais comme j’ai dit, on ne saura jamais et je laisse les magouilleurs du 12 décembre 2007 en face de leur conscience. Et de leur créature.

Tout autre chose, maintenant.

Il y a quelques jours, dans le cadre d’une discussion consacrée au film « Welcome », j’attirais l’attention - et les foudres, mais ça j’ai l’habitude :o) - des autres participants, en soulignant la superficialité de ce que j’appelais alors, les « émotions de cinéma ».

Or, non seulement l’anecdote confirme ma théorie de façon particulièrement spectaculaire, mais elle fait apparaître que les émotions du cinéspectateur ne distinguent pas entre la fiction et le documentaire. Elles sont identiques et aussi superficielles dans un cas que dans l’autre.

Plus encore que le départ de Fahad K., c’est peut-être cela la vraie mauvaise nouvelle pour Fernand Melgar !

Un autre aspect intéressant de l’affaire sera son impact sur la popularité de la ministresse. Dans « L'Illustré » d’hier, elle était la préférée du sondage semestriel, avec 89 % d’avis favorable pour son action politique.

Ce serait un autre coup dur que d’apprendre que sa popularité n’a en rien été affectée par l’expulsion de Fahad K… Rendez-vous au prochain "Baromètre".

Écrit par : Scipion | 03/04/2009

Le dernier commentaire de Géo illustre parfaitement le niveau d'abjection auquel ce personnage, sous couvert d'anonymat, sévit sur divers blogs. L'autre jour, ce pauvre type prétendait mensongèrement que je l'avais traité de fasciste, alors que je lui laisse l'exclusivité de ce type d'accusations et de bassesses. J'ai dit ici que je ne répondrais plus aux commentaires de ce genre, dont la vilenie ne se répand que sous le masque. Autant dire que ce commentaire s'adresse à tout autre interlocuteur qu'au pauvre Géo...

Écrit par : JLK | 03/04/2009

Alors ? qu'en est-il aujourd'hui ?

Est-ce qu'il a été renvoyé de force en Irak ?

Écrit par : Soe | 31/05/2009

FAHAD.K ne veut pas retourner en Irak, pour la simple raison que son Travail d'interprete dans l'armee americaine n'en etait pas un:de source proche;bien que le film nous le decrive comme "victime" son apport est tout autre,sure que son retour est definitivement lie a la rencontre avec les vraies victimes et il est evident que sa vie sera tout autre !!

il est incroyable que Mr. Melgar manipule l'opinion publique de facon ehontee serait-ce par manque de rigueur? informations, ou tout simplement vous etes-vous laissez berner ?? une chose est sur Fahad N'EST PAS INNOCENT !!

Écrit par : 100blagues | 31/05/2009

Les commentaires sont fermés.