06/03/2009

Ruines de Gaza et rires enregistrés

Ramallah278.jpg

Lettres par-dessus les murs (75)

Ramallah, le 1er mars 2009.

Cher JLK,

Me voici de retour à la maison, la poussière a eu le temps de se poser sur le clavier, les voyages secouent les neurones et remplissent les carnets, mais je regrettais l’atelier, la table de travail… par la fenêtre, la vigne folle lance ses sarments décharnés contre le gris du ciel, et je me replonge dans mon roman.
Le retour n’a pas été facile, dans ce froid qui mord les os bien plus profond qu’à la Chaux-de-Fonds, où pourtant il ne fait pas bien chaud, et le chauffage à gaz brûle le dos sans réchauffer les pieds, et le matin au réveil on se retrouve les pieds dans l’eau, il a plu toute la nuit et l’eau s’est infiltrée par je ne sais où, je soupçonne les joints de la fenêtre mais peut-être est-ce le mur qui est pourri. Je calfeutre avec ce que j’ai sous la main, ça aidera, je fais comme tout le monde ici, on rafistole, on s’arrange, alors même que tout va à vau-l’eau.
Ramallah est une ville facile, une fille légère, à la mémoire courte – pourtant elle ne s’est toujours pas remise de ce qui s’est passé à Gaza, et Ramallah aussi se réveille avec peine. Les cafés tournent au ralenti, les témoignages s’enchaînent, les amis qui reviennent de là-bas, qui racontent ce qu’ils ont vu, parfois en secouant la tête, l’air de ne pas y croire eux-mêmes. Les champs saccagés pour rien, les systèmes d’irrigation détruits, les arbres arrachés. Pour rien. Les maisons occupées dont les murs sont couverts de tags racistes et meurtriers, les meubles brûlés, les canapés qu’on a éventrés pour chier dedans, les capotes usagées dans la chambre des mômes. On dit que certaines familles refusent de regagner leurs domiciles, tant les traces de l’invasion sont insupportables, impossibles à effacer.
Comme pour les massacres, je voulais voir là les actes de groupes isolés, de soldats qui auraient perdu la tête, mais les témoignages sont trop nombreux désormais pour ne pas impliquer une responsabilité directe des supérieurs. On a clairement laissé faire le pire. Armée éthique… la seule éthique qui ait tenu, c’est celle, personnelle, de ce soldat inconnu que j’imagine refusant de suivre les ordres des officiers ou les encouragements de ses camarades. Il doit être bien seul à présent, je l’imagine se tenir la tête, assis sur son lit, quelque part dans un studio à Tel Aviv.
Et je ne peux qu’imaginer, parce que ces histoires-là ne feront pas la Une, c’est bien trop tard, c’est la mort qui fait vendre, pas les deuils. Dans cinquante ans les journaux télévisés montreront en temps réel la balle pénétrer dans les chairs, les maisons au moment où elles sont disloquées par le souffle, et tout ce qui précède et tout ce qui suit sera jugé d’un ennui mortel par les rédacteurs en chef. Pourtant ce qui suit ne manque pas de couleur, c’est assez surréaliste pour être vendable. Quelques images : des tas de gravats, sur chacun est assis un homme, il attend le défilé des ONG dont il connaît désormais le manège, il racontera son histoire et ses besoins, si ce n’est pas Care qui l’aidera ce sera Oxfam. Prohibition : des couvertures qu’il faut faire passer par les tunnels de Rafah, parce que les terminaux israéliens sont fermés aux couvertures, ainsi qu’aux macaronis – une ONG américaine s’escrime à faire entrer douze camions d’aide, on en laisse passer six, mais pas ceux qui contiennent des macaronis. Gouvernement d’unité nationale : dans une salle de conférence au Caire, sous les dorures des plafonds, les représentants du Hamas et du Fatah se partagent l’argent du Golfe, ça c’est pour toi, ça c’est pour moi, ça c’est pour Gaza. Politique israélienne : interview de Tzipi Livni, en keffieh à carreaux – elle n’abandonnera jamais sa dure lutte pour un Etat Palestinien. Dans tout ce non-sens un analyste d’Haaretz tente de faire entendre sa voix, il se demande à quoi aura servi cette « guerre », il craint qu’elle n’ait servi à rien ni à personne. Suivent des rires enregistrés.
Ce qui est en Une du Monde, ce matin, c’est Bashung qui a gagné les Victoires de la Musique. C'est insignifiant et je ne suis pas fou de ces trophées, pourtant ça me fait plaisir. On continuera à écouter de la musique, pendant que les grues continueront à tourner, dans les colonies, pendant qu’on fermera le Mur, toujours un peu plus, comme à Ram la semaine dernière – désormais il nous faudra deux fois plus de temps pour rejoindre Jérusalem. Tant pis pour Jérusalem, au premier soleil je taillerai la vigne, on attendra l’été.
Je t’embrasse,
Pascal

Ramallah113.jpg

La Désirade, ce lundi 2 mars 2009.

Cher Pascal, mon ami,

Te voici de retour à la maison, comme tu dis, là-bas au bord des champs de ruines, une année après notre première lettre – une année dont les derniers mois ont été marqués par le martyre de Gaza juste digne, pour nous autres, de rires enregistrés. Qu’ajouter à ce que tu décris ? Ce matin encore je lisais un bilan de l’Opération Plomb durci, avec un appel de Jean Ziegler à sanctionner les crimes de guerre : « Du 27 décembre 2008 au 22 janvier 2009, l’aviation, la marine, l’artillerie et les blindés israéliens ont pilonné le ghetto surpeuplé de Gaza. Résultat : plus de 1 300 morts, plus de 6 000 blessés graves – amputés, paraplégiques, brûlés – l’immense majorité d’entre eux étant des civils, notamment des enfants. L’ONU, Amnesty International, le CICR ont constaté des crimes de guerre nombreux, commis par les troupes israéliennes. En Israël même, des intellectuels courageux – Gidéon Lévy, Michael Warschawski, Ilan Pappe, entre autres – ont protesté avec véhémence contre les bombardements d’hôpitaux, d’écoles et de quartiers d’habitation.
« Le 12 janvier, au Palais des nations de Genève, le Conseil des Droits de l’homme des Nations Unies s’est réuni en session extraordinaire pour examiner les massacres israéliens. La session a été marquée par le rigoureux et précis acte d’accusation dressé par l’ambassadeur de l’Algérie, Idriss Jazaïry.
« Les ambassadrices et ambassadeurs de l’Union européenne ont refusé de voter la résolution de condamnation. Pourquoi ? Régis Debray écrit : « Ils ont enlevé le casque. En dessous leur tête est restée coloniale. » Quand l’agresseur est blanc et la victime arabe, le réflexe joue ».
Et Jean Ziegler de rappeler les «expériences» faites par Tsahal sur les habitants de Gaza en matière d’armes, dont l’inédite DINE (pour : Dense Inert Metal Explosive) aux terrifiants effets sur les corps humains, tels que les a décrits un médecin norvégien (Le Monde du 19 janvier 2009) et par l'usage d'obus de phosphore blanc.
Par ailleurs, alors que nous nous trouvions en léger désaccord, toi et moi, sur l’importance à accorder à la religion dans ce conflit, j’ai lu ce matin cette autre analyse de Slimane Zeghidour, rédacteur en chef à TV5Monde, qui rend compte dans son blog Deus ex machina (http://blogs.tv5.org) du rôle des rabbins qui auront exhorté les soldats pénétrant dans la bande de Gaza à ne pas s’encombrer de scrupules moraux ou de lois internationales et à combattre sans pitié ni merci les Gazaouis, miliciens et civils confondus en «assassins». Les rires enregistrés retentiront-ils encore dans cinquante ans ?
Pascal5.jpgCe qui est sûr, c’est que notre échange de quelque 150 lettres, un an durant, ne pouvait qu’être touché par ce que vous, Serena et toi, vivez au jour le jour à Ramallah. Ni toi ni moi ne sommes pourtant des partisans de quelque cause que ce soit : notre premier contact s’est fait par le truchement de ton premier livre, que j’ai aimé et commenté. Nos premières lettres m’ont donné l’idée de cette correspondance suivie, et le jeu s’est poursuivi en toute liberté et sincérité, de part et d’autre. Nous avons fait connaissance, nous nous sommes bien entendus il me semble, nous avons réellement dialogué, puis vous nous avez rendu visite à La Désirade, à l’été 2008, tu m’as fait lire ton premier roman aujourd’hui achevé et en voie de publication, je t’ai fait lire mon récit en chantier que tu as bien voulu commenter à ton tour, et diverses efflorescences amicales ont aussi marqué nos échanges, notamment avec Jalel El Gharbi et ton ami Nicolas, autre précieux veilleur sur le blog de Battuta.

Bref, la vie continue et c’est sous le signe d’une amitié qui n’a rien de virtuel que s’achève, aujourd’hui, ce voyage commun dont je te remercie de tout cœur et qui trouvera, peut-être, la forme d'un livre...

Images: Graffiti de Banksy, mur de Gaza. Pascal et Serena à Lavaux.

Commentaires

la paix ell'est a la portèe des deux belligerants,mais,il faudrà arreter les tirs des roquettes sur israel.
Il faudrà rendre certains terres,confisques.
Alors ? il n' aurais jamais de paix dans cette terre maudite par des guerres inutiles,,nombreux exemples sont temoins des faits.

Écrit par : Willer.danilo | 07/03/2009

quel magnifique témoignage que cet échange de lettres. Dommage que ça se termine! Ce qui m'inspire aujourd'hui c'est:
"la seule éthique qui ait tenu, c’est celle, personnelle, de ce soldat inconnu que j’imagine refusant de suivre les ordres des officiers ou les encouragements de ses camarades. Il doit être bien seul à présent, je l’imagine se tenir la tête, assis sur son lit, quelque part dans un studio à Tel Aviv".
Ils sont nombreux, ces soldats "inconnus" qui ont su, ou savent dire NON! J'en ai connu des centaines en Afrique du Sud! Merci

Écrit par : cmj | 07/03/2009

Incroyable que vous ne mettez pas une seule fois le Hamas en cause? Le Hamas a pris les civils en otage et Tsahal est une armée pas une bande de terroristes!
Incroyable aussi que vous n'ayez pas bougé quand le Hamas a massacré ses "frères" Gazaouïs lors de la prise de Gaza?

Auriez-vous réagi de la même manière si une roquette était tombée sur un hôpital ou une école israélienne? Auriez-vous seulement fait le voyage?

Désolée! mais je ne vois que de la propagande dans ces lettres!

Écrit par : Patoucha | 10/03/2009

Très belles lettres qui rendent bien compte de le douleur et de la difficulté de vivre au présent à Gaza. Malgré tout, on sent une certaine douceur de vivre, un amour du pays. J'ai été très touché, merci!
Je ne répondrais pas au message de haine de patoucha il n'a que trop été écrit et à la base de prises de tête sur bien des blogs.

Écrit par : broutard | 10/03/2009

Désolé, moi aussi, Patoucha, mais vous n'avez visiblement lu que cette lettre, or nous en avons écrites 150 où le Hamas a été stigmatisé plus d'une fois...

Écrit par : JLK | 15/03/2009

Ce qui est surtout incroyable, Patoucha, c'est que vous réduisiez nos lettre à de la propagande, alors que la question politique y est peu présente, sauf en décembre - et comment y échapper ? Mais votre religion est faite: le seul nom de Ramallah vous fait hurler, il n'est question pour vous que des roquettes du Hamas et pas de ce qui a fait accéder celui-ci au pouvoir, bref je ne vois pas qu'on puisse dialoguer avec vous de bonne foi, comme je l'ai fait avec Pascal, qui n'est pas plus anti-Israélien que moi, sauf devant certains faits qu'il constate de tout près...

Écrit par : JLK | 15/03/2009

@ JLK C'est votre façon de présenter les événements qui me fait hurler et j'ajoute à cela que "la session a été marquée par le rigoureux et précis acte d’accusation dressé par l’ambassadeur de l’Algérie, Idriss Jazaïry" cela prête à rire et encore plus quand vous citez le "Conseil des Droits de l’homme" qui n'est qu'un nid d'antisémites.

Les parents des enfants assassinés hier, un de 7 ans à coups de hache et le bébé.... ne peuvent espérer compter parmi vos amis!

@ broutard: Faut croire que mes vérités vous dérangent et que vous préférez la propagande pernicieuse de ces lettres et celle haineuse et mensongère de Hani Ramadan et Carol Scheller.
Cela correspond sûrement plus à vos idées que ce que j'écris. Bref, toute propagandes anti-Israélienne est à prendre!

Là aussi, abstenez-vous de répondre!

Écrit par : Patoucha | 03/04/2009

@Patoucha, j'ai lu, peu après la fin des combats, qu'il n'était pas sûr que ce soit l'armée israélienne qui soit responsable de la mort de la famille du docteur palestinien qui passa en direct à la TV, apprenant ces faits, mais qu'une autopsie révélait que les éclats responsables des décès provenait d'une roquette du Hamas... (Cette hypothèse n'était présntée que sous cette forme, sur divers blog's) Depuis plus de nouvelles, je n'ai pas poursuivi depuis. Mais vu que vous avez l'air de vous informez, qu'en est-il advenu de cette hypothése?

Écrit par : Tivieyes | 03/04/2009

J'ai horreur de la désinformation aussi je viens rectifier l'âge des enfants non sans rappeler que cet acte barbare est le fait d'un "innocent" Palestinien déguisé en Juif religieux :

Tf1 nous dit: Deux enfants un de 7 ans tué à la hache et un bébé blessé,
La Tribune de Genève: Un enfant de 13 ans tué à la hache et un enfant de 7 ans blessé!
Le Temps: un ado de 16 ans tué à la hache et un en enfant de 7 ans blessé!

Merci les infos!

Écrit par : Patoucha | 03/04/2009

@Tivieyes: Vous me l'apprenez! Mais ce n'est pas sur ce blog ni ailleurs qu'ils en parleront car cela ne relève ni de leur mentalité ni de l'éthique d'une personne de bonne foi. Aussi, j'attendrai le résultat des enquêtes mises en place. En revanche, si j'ai des nouvelles sur ce sujet, je ne manquerai pas de vous en faire part.

Écrit par : Patoucha | 03/04/2009

@Patoucha, Je vous demandais ça à tout hasard, vu que je n'avais pas suivis les infos depuis un moment. Aussi, j'ai recherché sur le web ce soir à ce sujet. Résultats, voilà ce que j'avais trouvé à l'époque, aux environs du 25 janvier (date de publication): "Plusieurs internautes m’ont écrit pour relayer les rumeurs qui commencent à se répandre sur la Toile, selon lesquelles toute l’affaire de la mort des filles du gynécologue palestinien, Az Din Abu el-Aïsh, militant du camp de la Paix israélo-palestinien, serait un piège du Hamas, dont les combattants auraient eux-mêmes tiré, non un obus, mais un missile Grad." La suite sur le lien ci-dessous:
http://www.debriefing.org/27649.html
Mais, après enquête l'armée israélienne confirme le tir d'obus, mais en réplique à des tirs provenant du toit de l'immeuble, voici un lien, mais il y en a d'autres:
http://www.israel-infos.net/article.php?id=3055
Et aussi, sur d'autres sites, des mises en cause du Hamas par des habitants de Gaza, etc.

Écrit par : Tivieyes | 04/04/2009

@Tvieyes Je vous remercie de ne pas me laisser dans l'ignorance de ce fait. En revanche je me souviens des cris de désespoirs de ce médecin et également une vois de femme qui disait: "Tu hurles et accuses les Israéliens qui te dit que c'est eux" c'est presque du mot à mot. Ensuite silence!

Je vais me rendre sur les sites communiqués. Encore merci!

Écrit par : Patoucha | 04/04/2009

erratum: désespoir.......... voix

Tvieyes: Merci pour le site que je trouve très intéressant. J'espère qu'ils nous donneront des nouvelles de ou des enquêtes.

Écrit par : Patoucha | 07/04/2009

Les commentaires sont fermés.