18/06/2008

Le bateau-livre torpillé

1874968828.JPG

Défense de Frédéric Ferney et des passeurs de littérature

Ainsi que nous l’apprend notre compère blogueur Eric Poindron, à l’enseigne du Cabinet de curiosités (http://blog.france3.fr/cabinet-de-curiosites/), la meilleure émission littéraire de la télévision française disparaîtra des grilles de la prochaine rentrée. La nouvelle est à la fois triste et révoltante, comme il est triste et révoltant, depuis des années, de voir le sort de plus en plus minable réservé à la littérature sur la chaîne publique de la Télévision romande. Comme il est triste et révoltant de constater, depuis le début de cet admirable nouveau siècle, la disparition de plus de 40 libraires indépendantes en Suisse romande.
La décision frappant Le Bateau-livre est-elle irrévocable ? Ce serait une abdication de plus au nom de saint Audimat, et une perte considérable pour les lecteurs. De fait, cette belle et sympathique émission, dont l’animateur avait su instaurer un climat de confiance et d’attention aux livres et aux écrivains, avec des vraies discussions qui n’étaient pas pour autant des prises de tête, évitant le jargon et la cuistrerie, n’était pas suive qu’en France, mais dans toute la francophonie, jusqu’aux derniers vallons de Suisse profonde où l’on dit que l’on lit. (l’on l’a lu donc ce doit être avéré...).
Ne laissons pas faire : défendre la Bateau-livre, c’est défendre tous les passeurs de littérature. C’est défendre la littérature elle-même. Taxer Frédéric Ferney d’élitisme relève d’une vieille stupidité démagogique que les zélateurs paresseux de saint Audimat nous ressortent, alors même qu’ils s’agenouillent en troupeau docile devant l’élitisme absolu du Sport et de la Phynance.

En attendant, voici la lettre adressée par Frédéric Ferney à Nicolas Sarkozy, grand lecteur comme on sait…
Paris, le 4 juin 2008
Monsieur le Président et cher Nicolas Sarkozy,
La direction de France-Télévisions vient de m’annoncer que « Le Bateau-Livre », l’émission littéraire que j’anime sur France 5 depuis février 1996, est supprimée de la grille de rentrée. Aucune explication ne m’a encore été donnée.
Si j’ose vous écrire, c’est que l’enjeu de cette décision dépasse mon cas personnel. C’est aussi par fidélité à la mémoire d’un ami commun : Jean-Michel Gaillard, qui a été pour moi jusqu’à sa mort un proche conseiller et qui a été aussi le vôtre.
Jean-Michel, qui a entre autres dirigé Antenne 2, était un homme courageux et lucide. Il pensait que le service public faisait fausse route en imitant les modèles de la télévision commerciale et en voulant rivaliser avec eux. Il aimait à citer cette prédiction : « Ils vendront jusqu’à la corde qui servira à les pendre » et s’amusait qu’elle soit si actuelle, étant de Karl Marx. Nous avions en tous cas la même conviction : si l’audience est un résultat, ce n’est pas un objectif. Pas le seul en tous cas, pas à n’importe quel prix. Pas plus que le succès d’un écrivain ne se limite au nombre de livres vendus, ni celui d’un chef d’état aux sondages qui lui sont favorables.
La culture qui, en France, forme un lien plus solide que la race ou la religion, est en crise. Le service public doit répondre à cette crise qui menace la démocratie. C’est pourquoi, moi qui n’ai pas voté pour vous, j’ai aimé votre discours radical sur la nécessaire redéfinition des missions du service public, lors de l’installation de la « Commission Copé ».
Avec Jean-Michel Gaillard, nous pensions qu’une émission littéraire ne doit pas être un numéro de cirque : il faut à la fois respecter les auteurs et plaire au public ; il faut informer et instruire, transmettre des plaisirs et des valeurs, sans exclure personne, notamment les plus jeunes. Je le pense toujours. Si la télévision s’adresse à tout le monde, pourquoi faudrait-il renoncer à cette exigence et abandonner les téléspectateurs les plus ardents parce qu’ils sont minoritaires? Mon ambition : faire découvrir de nouveaux auteurs en leur donnant la parole. Notre combat, car c’en est un : ne pas céder à la facilité du divertissement pur et du people. (Un écrivain ne se réduit pas à son personnage). Eviter la parodie et le style guignol qui prolifèrent. Donner l’envie de lire, car rien n’est plus utile à l’accomplissement de l’individu et du citoyen.
Certains m’accusent d’être trop élitaire. J’assume : « Elitaire pour tous ». Une valeur, ce n’est pas ce qui est ; c’est ce qui doit être. Cela signifie qu’on est prêt à se battre pour la défendre sans être sûr de gagner : seul le combat existe. La télévision publique est-elle encore le lieu de ce combat ? Y a-t-il encore une place pour la littérature à l’antenne ? Ou bien sommes-nous condamnés à ces émissions dites « culturelles » où le livre n’est qu’un prétexte et un alibi ? C’est la question qui est posée aujourd’hui et que je vous pose, Monsieur le Président.
Beaucoup de gens pensent que ce combat est désespéré. Peut-être. Ce n’est pas une raison pour ne pas le mener avec courage jusqu’au bout, à rebours de la mode du temps et sans céder à la dictature de l’audimat. Est-ce encore possible sur France-Télévisions ?
En espérant que j’aurai réussi à vous alerter sur une question qui encore une fois excède largement celle de mon avenir personnel, et en sachant que nous sommes à la veille de grands bouleversements, je vous prie de recevoir, Monsieur le Président, l’assurance de mon profond respect.
Frédéric Ferney
P.S. « Le Bateau-Livre » réunit environ 180 000 fidèles qui sont devant leur poste le dimanche matin à 8h45 ( ! ) sur France 5, sans compter les audiences du câble, de l’ADSL et de la TNT ( le jeudi soir) ni celles des rediffusions sur TV5. C’est aussi l’une des émissions les moins chères du PAF.

06:09 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (34)

Commentaires

Bigard et Doc Gynéco (les François Mauriac et André Malraux de Sarko) pourraient très bien animer une nouvelle émission littéraire.

Écrit par : Ferro | 18/06/2008

Bonne idée: avec Levy et Musso pour premières découvertes !

Écrit par : JLK | 19/06/2008

Honte à celui qui a pris cette décision La voie royale de l'abêtissement, de l'abrutissement .... est en route déjà depuis longtemps ; si tout le monde pouvait
entendre les propos d'un certain Octave MIRBEAU !!!
!

Écrit par : gersandre | 20/06/2008

je suis choquée !!!Comment peut-traiter cette émission d'élitiste alors qu'elle
n'est que "simplement" intelligente?

notre président ne sait-il pas que plus un peuple est abêti plus il est facile à manipuler..par le dernier (opposant) qui passe ?

Sa décision nous montrera par qui ses réformes doivent être comprises ...

Écrit par : maingault | 22/06/2008

je suis choquée !!!Comment peut-traiter cette émission d'élitiste alors qu'elle
n'est que "simplement" intelligente?

notre président ne sait-il pas que plus un peuple est abêti plus il est facile à manipuler..par le dernier (opposant) qui passe ?

Sa décision nous montrera par qui ses réformes doivent être comprises ...

Écrit par : maingault | 22/06/2008

La décision de faire disparaître LE BATEAU LIVRE de la grille à la prochaine rentrée est une infamie. Ceux qui se foutent de la littérature (ils sont nombreux) auraient pu laisser en paix ceux qu'elle passionne, en leur abandonnant cette émission d'excellente qualité. Mais cette petite fenêtre, c'était encore trop pour ceux qui voudraient détruire la pensée en France.
Merci à Frédéric FERNEY.

Écrit par : Emmanuel B | 23/06/2008

Cette censure de l'intelligence va dans le sens de l'abêtissemnt pour mieux formater un troupeau acquis aux niaiseries courantes dans ce qui est abusivement appelé Variétés (et je ne parle pas de la désinformation coutumière
éditée à longueur d'antennes par des individu appelés journalistes indignes d'entrer dans cette catégorie);L'émission de Frédéric FERNAY est un régal car chez lui un certain pluralisme est cultivé alors que la plupart des émissions ne sont que de la propagande malsaine au service d'un pouvoir antidémocratique et antirépublicain.Honte à tous ceux qui censurent l'intelligence pour mieux asservir le peuple.Un cadeau comme l'émission de Frédéric FERNAY ne doit pas disparaître.N'y a-t-il pas une pétition prévue pour demander le maintien de l'émission

Écrit par : AJAS | 09/07/2008

Je suis consternée et réellement plus qu'attristée de la suppression de l'émisssion de Frédéric Ferney " Le Bateau Livre" que je suivais fidèlement avec tant de plaisir. Un grand merci à Frédéric Ferney pour la qualité de son émission inimitable, unique, la meilleure que j'ai connue. Suppprimer cette émission c'est priver tout simplement de culture ceux qui en ont non seulement besoin mais soif.C'est un désert culturel qui s'anonce scandaleux.Je suis ecoeurée.

Écrit par : nehr | 24/08/2008

bravo de vous battre. une des rares émissions littéraires brillantes

je vous souhaite le courage et le pouvoir pour gagner , paulette l

Écrit par : paulette laugier | 28/08/2008

L'intelligence ne paie pas...
Une émission de qualité,sans prétention que celle de pouvoir nous évader à travers les présentations,les commentaires,les observations etc.. des ouvrages littéraires qui nous étaient présentés, ne doit pas disparaitre !
Malheureusement j'ai le sentiment qu'en suprimant cette catégorie d'émission nous nous orientons vers l'appauvrissement d'ouverture à la curiosité qu'elle nous offre et que la population francophone en soit victime.

Écrit par : sylviane kremer | 01/09/2008

Ah non, pas çà ! Le bateau livre (quel joli nom d'ailleurs) ne doit pas s'arrêter. Cette émission se regarde avec tellement de plaisir, de curiosité ; tous les sens se mettent en éveil maximal pour accueillir les mots de ces femmes et hommes qui sont accueillis par Frédéric Ferney de manière très subtile parce qu'il sait poser les bonnes questions, qu'il cerne l'écrivain en face de lui, qu'il l'approuve ou pas d'ailleurs. Alors, non, pas question, n'est-ce pas, de priver cette foutue télé d'une telle émission. S'il doit avoir une pétition, vous avez ma signature

Écrit par : céline desjardins | 05/09/2008

J'ai envoyé à France 5 le 7 septembre 2008, le message suivant :
Ainsi donc, la suppression du Bateau-Livre constitue la grande surprise de la rentrée... La mise en place de deux émissions dédiées aux livres rend cette décision encore plus absurde. J'ai regardé la première de La Grande Librairie : un animateur banal, d'une très grande pauvreté de vocabulaire ("j'adore" "très fort" "génial"), le principe éculé du dessin humoristique (racoleur), des reportages sur les auteurs, sans valeur ajoutée... J'ai effleuré par ailleurs le Café Picouly devenu littéraire, tardif et de rouge tendu (pour lui donner de l'intensité?)
Le Bateau-Livre était un beau moment littéraire et humain. Cette émission représentait mon bonheur du dimanche matin. Cascade de mots magnifiques, découverte d'univers de création, approche d'auteurs multicolores autour de la présence fédératrice de Frédéric Ferney et de ses chroniqueurs passionnés... Pourquoi parler d'élitisme, là où il y avait, pour une fois, de la qualité? J'ai 62 ans, je suis en retraite, j'ai un mari, deux enfants, quatre petits-enfants, un jardin, deux chiens et un chat. Je suis d'une absolue banalité et j'aimais la sensation de mon cerveau sollicité, de mon appétit de lecture titillé. La médiocrité semble décidément devenir un refuge.

Écrit par : Monique Lathuilière | 07/09/2008

Quelle tristesse de perdre un bon animateur et des chroniqueurs passionnés et passionnants. Et que dire des auteurs, si attachants parfois. Cette émission m'a permis de lire des livres dont je n'aurais jamais eu connaissance. Je suis une lectrice de base ouverte à tous les styles et toutes les sensibilités.
Merci à toutes l'équipe et peut-être rendez-vous ailleurs.. faites nous le savoir.
Josie

Écrit par : IAFRATE | 10/09/2008

Quelle tristesse de perdre un bon animateur et des chroniqueurs passionnés et passionnants. Et que dire des auteurs, si attachants parfois. Cette émission m'a permis de lire des livres dont je n'aurais jamais eu connaissance. Je suis une lectrice de base ouverte à tous les styles et toutes les sensibilités.
Merci à toutes l'équipe et peut-être rendez-vous ailleurs.. faites nous le savoir.
Josie

Écrit par : IAFRATE | 10/09/2008

Quelle tristesse de perdre un bon animateur et des chroniqueurs passionnés et passionnants. Et que dire des auteurs, si attachants parfois. Cette émission m'a permis de lire des livres dont je n'aurais jamais eu connaissance. Je suis une lectrice de base ouverte à tous les styles et toutes les sensibilités.
Merci à toutes l'équipe et peut-être rendez-vous ailleurs.. faites nous le savoir.
Josie

Écrit par : IAFRATE | 10/09/2008

A Frédéric et toute l'équipe du Bateau-livre.
Fidèle à votre émission (parmi tant d'autres, présents mais trop silencieux) attentive à savourer une émission sur la littérature et les livres, intelligente, passionnée et passionnante, je suis vraiment désolée de cette décision injuste, inique,mais tellement dans "l'air du temps". Il faut sans doute être bête ou "people", lénifiant, mouton...et absorber la manne commune ou soupe populaire mise à disposition sur les ondes pour le plaisir du plus grand nombre... Le plaisir de lire, de découvrir livres et auteurs, de confronter des styles et des idées, devraient être ressources partagées... mais il en a été décidé autrement par des "élites" (ou dites telles), sans doute la qualité n'est-elle pas à partager.
Je le regrette pour moi, pour tous les fidèles de l'émission, pour vous et votre équipe bien sûr.
Comme Monique, la grande librairie ne m'a pas convaincue mais il faut laisser sans doute aux émissions le temps de s'installer...
Donc, un grand bravo et un grand merci à vous tous, avec l'espoir de vous voir revenir sur la 5 ou ailleurs, dans les meilleures conditions possibles pour vous tous et pour notre plus grand bonheur.

Écrit par : Dubrana | 13/09/2008

Seulement aujourd'hui j'ai trouvé cet espace pour manifester mon indignation pour la dispariotion du bateau de Frédéric Fernay et son équipe. Je suis brésilienne, j'habite à Rio de Janeiro. Cette émission me manque beaucoup. Nous, qui avons besoin de la littérature, des discussions intelligentes pour survivre dans un monde qui a perdu son âme (âme dans le sens d'intelligence, de sensibilité, de vie, de la vraie vie, enfin)nous sentons affaiblis avec ces pertes. Nous avons besoin de béaux livres comme de l'air. On étouffe!J'espère pouvoir revoir nos amis bientôt. Je cultive l'espérence, por tenir! Je vous embrasse tous. Amicalement, Beatriz.

Écrit par : Beatriz Coelho | 19/09/2008

si on observe avec attention la grille des programmes on s'aperçoit que les émissions culturelles sont trop tôt ou trop tard ainsi on les supprime bref cela veut donc dire aux grands moments de la journée seul les babouins sont devant la télé

Écrit par : andre | 21/09/2008

Une émission que l'on pouvait regarder au calme, détendu, très agréable qui nous faisait découvrir de nouveaux écrivains ou d'anciens méconnus, mais qu'est-ce que va-on devenir avec cette société bling bling !!!

Écrit par : nayener | 28/09/2008

Je suis triste et déçue(une fois de plus, par la télévision....)
Le Bateau Livre était une émission agréable,sympathique,intelligente .Une ouverture vers la connaissance!
Je ne me sens pas faire partie de l'élite .Simplement j'aime lire ,j'aime les livres! Je suis frustrée!
Merci à F.Ferney et à toute son équipe et j'espère à bientot.

Écrit par : marie france Turpin | 28/09/2008

Le PAF français ressemble à notre société, décadent et violent. Les bonnes émissions sont peu à peu jetées dans les oubliettes. Bientôt il faudra se cacher pour aller acheter un livre et, comme au temps de la Gestapo, frémir en le lisant!
Notre pauvre Malraux doit se retourner dans sa tombe mais la guerre est déjà finie et les passeurs de culture ont dû baisser les bras... Quelle tristesse

Écrit par : Lucie | 28/09/2008

Je bois l'émission de Frédéric Ferney depuis plusieurs années, déjà du temps où elle s'appelait "Droit d'auteurs", et ne la manque que vraiment quand je ne peux faire autrement.
Je l'ai découverte en zappant déjà à l'époque sur des programmes + ou - stupides et bêtifiant, et l'ai de suite trouvée fascinante. J'avais l'impression de pénétrer dans un univers sensible, intime, tellement savant aussi bien sûr, et où enfin des gens comme moi (ou presque...) se dévoilaient, se mettaient à nu, parlaient de leur vécu, de leur souffrance, de leurs fantasmes... Ni à l'école, ni plus tard, même lors d'autres émissions littéraires comme que celles de Bernard Pivot, Bernard Rapp, FOG, etc... je n'ai pris autant de plaisir à approcher la Culture, celle qui nous fait grandir...
Malgré tout, je m'étais bien dit, connaissant le pouvoir de l'argent, qu'un jour ou l'autre, à une rentrée quelconque, je ne retrouverai plus cette émission... Eh bien c'est arrivé !!!
Hélas ! que nous restera-t-il dans quelques années? que restera-t-il à nos enfants ?
Décadence disent certains, oui ! je crois qu'on y vient... je regarderai donc encore de moins en moins cette télévision...
Enfin, je terminerai par ceci:
On remet toujours au lendemain ce qu'on devrait faire le jour même et j'ai toujours remis mon petit mot de remerciement à Frédéric Ferney, et maintenant c'est trop tard... c'est comme pour les gens disparus qu'on a aimés sans avoir pris le temps de le leur dire...

Écrit par : Michel Bernard | 05/10/2008

Désolant!!!Mais bien dans l'air du temps ...de la rupture.L'émission de F.Ferney subit le sort de celles de D.Mermet, de F.Bonnaud. D'autres suivront, n'en doutons pas , avec cette entreprise de démolition.Nos responsables politiques actuels ont bien compris qu'il vaut mieux les jeux du cirque pour oc-
cuper le "bon peuple" pendant qu'ils se livrent à leurs "affaires"
Le dimanche matin, au lieu de savourer cette belle émission, je m'adonnerai à la cuisine, mais je ne suis pas sûre que celà m'ouvre l'esprit.

Écrit par : Doussard Rolande | 05/10/2008

honte à la TV française de supprimer la meilleure émission littéraire qu'elle ait eue depuis celle de M. Pivot'

Écrit par : marion janjic | 06/10/2008

Je suis prise d'une infinie tristesse.Je suivais depuis l'Angola le Bateau Livre piloté par F.Ferney grand marin-passeur de la culture. Et je me demandais, souvent, jusqu'à quand les grands patrons de France Television laisseraient ce programme survivre (dans le sens de durer). Ce programme est un bien culturel de qualité qui, paradoxalement, est éliminé par «la logique commerciale de l'audimat». Ce programme culturel est ainsi traité comme une marchandise quelconque, et donc éliminé, parce que pas rentable. Reste, toutefois, une question: face à la crise financière et economique qui ébranle le monde il faudra repenser à redonner au Bateau Livre de F. Ferney, objet culturel de qualité par rapport aux programmes littéraires fast food dont nous subissons la pesanteur, toute sa valeur symbolique...Et le premier pas serait lui rendre sa visibilité...

Écrit par : Maria Reis | 18/10/2008

Depuis la disparition du Bateau-livre, je ne regarde presque plus la télévision; elle me dégoûte définitivement.

Écrit par : Monique | 22/10/2008

Depuis la disparition du Bateau-livre, je ne regarde presque plus la télévision; elle me dégoûte définitivement.

Écrit par : Monique | 22/10/2008

Merci Frédéric Ferney pour cette pationnante émission que j'ai souvent regardé et toujours avec plaisir. La disparition de cette émission est un scandal, j'espère que M. Sarkozy a en mémoire votre lettre et se portera rapidement à votre secours. M. Ferney vous manquez certainement à beaucoup de français et françaises. Je suis une personne positive, et veux croire que je vous reverrai le dimanche matin sur le petit écran. Toutes mes pensées vont vers vous.

Écrit par : NOIRAN Mireille | 28/10/2008

Frédéric Ferney

OUI, je regrette VRAIMENT votre émission. En attendant de vous retrouver auprès d'un livre, je voulais vous remercier de tous ces auteurs que vous nous avez fait rencontrer et surtout du plaisir de lire que vous savez faire vibrer. On entend bien que vous avez regardé ou lu le livre de près et que vous êtes attaché à la création littéraire, à l'écriture proprement dite que vous voulez nous faire approcher. Faire parler les écrivains, mais surtout goûter le texte et l'univers crée par l'écriture. C'est cette spécificité qui me tenant à coeur ainsi que l'atmosphère chaleureuse autour des auteurs dans leur dimension créatrice. J'ai admiré la manière dont vous avez pris en main la suppression de cette magnifique émission. France 5 n'a pas de quoi se féliciter quant à sa conception de l'art littéraire. Pourtant, surtout en province, nous avons de besoin de ce type d'émissions.

Merci à vous et nous vous attendons...


Au plaisir de vous retrouver

Écrit par : AMSELLE Marie-Hélène | 02/11/2008

Et pourquoi on ne ferait rien contre cet abrutissement ????????????
Petitions, blogs et autres....
YES WE CAN !!!!!!!

Écrit par : kara | 08/11/2008

Le bateau livre, oui ...parce que c'est intelligent, respectueux des lecteurs, des auteurs et des livres....je veux dire de 'écriture..et puis loin de ces émissions spectacles où l'on vient montrer quelques écrivains plus personnages qu'auteurs , émissions animées également par un animateur de spectacles à l'air entendu et parisien, au milieu d'un décor d'opérette.

J'ai grandi avec Bernard Pivot, à la belle longévité et j'ai rêvé un peu que la 5 aurait l'audace de nous laisser nos petits déjeuners dominicaux, entre tartines, cafés chauds et voyages au pays des lettres, dans ce rythme court si sympathique, partagé car ils étaient plusieurs à avoir lu et vraiement lu et donc à raconter et si bien raconter...

Suis-je fâchée? oh oui, très fâchée..alors vive les médias plus libres, vive les espaces que nous saurons construire loin des audimats imbéciles.

Écrit par : berenice dondeyne | 10/11/2008

Dimanche 7 décembre 2008 : je viens de regarder l'excellent "Empreintes" consacré à Antoinette Fouque et puis, parce que c'est dimanche, parce que je suis encore sous le charme des propos de cette femme remarquable, je traîne un peu... Il est 10 heures, il me manque ce rendez-vous du dimanche matin, si souvent déplacé sur l'échelle horaire de France 5 mais que je suivais à la trace : le bateau-livre. Et soudain, le choc!! La grande Librairie occupe l'écran... Stupéfaction, colère! Je me questionne : suis-je devenue paranoïaque? Mais face aux grandes manoeuvres inquiétantes autour du service public, on peut pour le moins être méfiant : serait-ce la personne de Frédéric Ferney qui dérangeait? Etait-il prévu d'emblée que François Busnuel le remplace? Ou bien la petite audience de son émission (si j'ai bien compris) nécessite-t-elle de tenter de récupérer les téléspectateurs du bateau?? Afin de témoigner de mon souci d'équité, je précise que je tente régulièrement de la regarder mais décidément elle reprend trop les poncifs en cours. Outre ce que j'avais souligné de déplaisant dans mon précédent message sur ce blog, j'ajoute le "top lecteurs" que propose Busnuel. Dans le fil des habituels "ce que vous pensez, ce que vous regardez, ce que vous mangez" chers aux émissions à audimat, voici maintenant "ce que vous lisez"!! C'est de nous dont il s'agit, chers amis! "'On" nous explique ce que nous sommes, demain on nous expliquera ce que nous devons être??? Le meilleur des mondes nous menace-t-il? Continuons, Kara, à du moins protester sur ce blog... j'ai tant lutté dans ma vie, qu'à 62 ans, si je n'ai rien perdu de mes enthousiasmes et de mes colères, je n'ai plus très envie d'initier quelque chose de nouveau... Bonne lecture à tous.

Écrit par : Monique Lathuilière | 07/12/2008

Merci à Frédéric FERNEY qui enchantait mes dimanches matins, grâce à vous je me suis réconciliée avec les livres et j'ai au fil des émissions appris , aimé , découvert et acheté des ouvrages qui m'on fait du bien au coeur. Merci pour cette émission intelligente, et pour votre talent Mr FERNEY. J'espère vous retrouver très prochainement dans une prochaine aventure littéraire. Merci de nous informer.

Je vous embrasse

Claudine CAZAUBON
BEZONS

Écrit par : cazaubon | 11/01/2009

Les fondements de la démocratie sont culturels.
Avec le torpillage du bâteau livre c'est la démocratie qui recule.. encore un peu plus.

A quand Carla Bruni à la place de Frédéric Ferney ?

Écrit par : Guillaume DELYE | 24/01/2009

Les commentaires sont fermés.