27/02/2008

Point, barre, casse-toi !

 

 

De la muflerie actuelle

S’il est un signe de la vulgarité des temps qui courent, c’est bien celui qui ponctue la jactance de certaines et certains dont l’obsession est d’assener plus que d’exposer ou d’argumenter, étant entendu que ce qui est dit est dit et que ça ne se discute pas: point, barre. Cette expression hideuse, dérivée du langage-moignon des mails et des SMS, me semble plus haïssable encore que les formules du discours militaire qu’une seule résume avec le même effet que « point, barre », à savoir : rompez. Qu’un officier m’ordonne: rompez me paraît cependant dans l’ordre de sa fonction et je ne discute pas : je romps sans plier après avoir pris la position de repos, et je me casse. Mais qu’une cheffe de projet de telle boîte publicitaire, qu’un rédacteur en chef adjoint impatient de grimper encore, que des cadres moyens ou leurs adjointes et adjoints utilisent la formule « point ,barre » me paraît un premier indice de leur probable incompétence et de leur stupidité latente, voire de leur éventuelle dureté d’âme, ce qui est plus grave. L’expression « point, barre », formulée dans la langue de Pascal et de La Fontaine, doit être extirpée de sa pratique même la plus usuelle, de même que la langue de Goethe et de Rilke doit être purifiée du calamiteux « Punkt, schluss »… Fin du sermon. Point, barre, pauv'con, casse-toi !

08:51 Publié dans Fatrasie | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Vous vous faites une une opinion de la nature humaine qui néglige la partie sous-marine de l'iceberg et votre déception, que tout ne soit pas qu'urbanités entre les êtres, est celle de l'idéalisme crucifié.
La seule réalité objective réside dans les mécanismes qui régissent le système nerveux des individus de notre espèce et qui sont les seuls instruments quantifiables des rapports de l'Homme avec son environnement.
Tout le reste n'est que légende: ça vous déprime ?

Écrit par : Rabbit | 27/02/2008

Hélas, je ne suis pas plus idéaliste que vous, même si la goujaterie, la mesquinerie, la médisance ou l'arrogance crasse me crucifient en effet, qui me semblent des péchés bien plus cardinaux que la luxure bestiale et autres babioles que la morale réprouve. Cela étant, je ne rêve pas plus d'une société lisse et policée que je ne me désintérese de la partie invisible de l'humanité, laquelle me semble un volcan marin plus qu'un iceberg, mais là c'est question de lunettes ou de taux carotène. Et déprimé par quoi ? Life is beautiful n'est-il pas ?



Écrit par : JLK | 27/02/2008

Si quelqu'un emploie l'expression "point barre", il est pour moi infréquentable : A la fois il emploie un français incorrect et veut dire "Ce que j'ai dit est vrai, ne peut être mis en cause". Ce qui veut dire, simplement, qu'il n'a aucun argument pour pouvoir appuyer ce qu'il dit.

Écrit par : Frank | 05/04/2009

Les explications les plus diverses et loufoques ont été proposées concernant l'expression "point barre". C'est donc l'occasion de rétablir sa véritable origine:
Cette expression est née (ou détournée) de "point marre" ou "point, c'est marre"
(avec un M et non un B), signifiant "j'en ai marre" ou "ça suffit, j'en ai marre.
La raison pour laquelle "point marre" est devenu "point barre" s'explique par le fait que notre société est de plus en plus informatisée et qu'elle utilise les signes et les raccourcis comme outils de compréhension. C'est juste un constat de ma part.
Si vous considérez l'expression "point Marre" moins grossière, voire belle,
libre à vous de la rétablir dans ses droits. C'est mon cas.

Écrit par : youri | 29/09/2009

Quand je veut parler avec mon fils, il me fait un petit peu de conversation , une réponse qui fait mal en général, et il m'assène un point barre en pleine gueulle.

J'ai toujours un grand mal à m'en remettre.

Je ne désespère pas lui renvoyer un jour ou l'autre son point barre en pleine gueulle aussi.

C'est un plat qui se mange froid en général.

Écrit par : Francky | 10/11/2009

Les commentaires sont fermés.