13/02/2008

Vertiges du savoir

Sur Les livres que je n’ai pas écrits, de George Steiner (1)

Si les livres que George Steiner regrette (plus ou moins) de n’avoir pas écrits ne sont que sept, le genre devrait occuper des centaines et des milliers de rayons de la Bibliothèque de Babel si l’on multiplie les sept livres présents par le nombre d’écrivains repentants depuis le nuit des temps. La vertigineuse rêverie commence d’ailleurs, ici, sous les meilleurs auspice, puisque le premier livre non écrit par l’auteur concerne un érudit monstrueux dont la bibliographie connue compte déjà 385 titres. Or combien de livres Joseph Needham se fût-il reproché à lui-même de n’avoir pas écrits ? Ce qui est sûr c’est que la raison qui a empêché George Steiner d’écrire, dans les années 70, l’ouvrage consacré au fameux savant biologiste et sinologue, à l’invitation de l’éditeur de la collection Modern Masters, nous fait toucher illico à la faille d’un titan du savoir. C’est en effet pour un motif purement éthique (plus précisément éthico-politique) que le lien fut rompu à la première rencontre des deux hommes, après que Steiner eut sondé Needham sur les arguments qui, quelque temps plus tôt, avaient poussé le savant à déclarer en public sa convict ion que les Américains pratiquaient la guerre bactériologique en Corée. Needham était-il scientifiquement convaincu de la chose ? Le seul doute du jeune homme provoqua la colère du grand homme, en dépit de son premier ravissement à l’idée d’entrer dans le panthéon des Maîtres Modernes, et jamais ils ne se revirent. C’est pourtant un projet de livre fascinant que George Steiner déploie ici en exposant le grand dessein de Joseph Needham, venu de la science dure et se redéployant dès qu’il amorce son grand œuvre dont l’entier comptera 30 volumes, sous le titre de Science and Civilisation in China. Le comparant à Voltaire et à Goethe, George Steiner illustre l’extraordinaire mélange de connaissances et d’intuitions de Needham, tout en posant quelques questions aussi gênantes que fondamentales. Pourquoi, ainsi, ce connaisseur parfait de la civilisation chinoise, qui voit en Mao le restaurateur d’une haute tradition interrompue des siècles durant, et qui a beaucoup voyagé dans la Chine contemporaine, s’aveugle-t-il à ce point sur les atrocités de la Révolution culturelle ? Et à quelles fins finales ce monument extravagant de savoir ? L’une de ses réponses est particulièrement saisissante, qui rapproche les œuvres totalisantes de Needham et de Proust : « Science and Civilisation in China et la Recherche constituent, je crois, les deux plus grands gestes de remémoration, de reconstruction totale de la pensée, de l’imagination et de la forme modernes ». Par ailleurs, une échappée sur l’œcuménisme culturel et philosophico-religieux de Needham n’est pas moins éclairante. Needham:« Le taoïsme était religieux et politique ; mais il était évidemment tout aussi puissamment magique, scientifique, démocratique et politiquement révolutionnaire ». Et Steiner de s’interroger : « Serait-ce le reflet de Needham dans un miroir ? » Comme toujours, George Steiner se montre aussi érudit que porté à la critique « fictionnaire » de l’érudition, au point qu’on se demande parfois si Joseph Needham n’est pas une invention de son cru, comme une créature de Nabokov ou de Borges ? mais non, et Laurence Picken l’a corroboré, Joseph Needham est bel et bien l’auteur de « la plus grande entreprise jamais menée par un seul homme de synthèse historique et de communication entre les cultures ». Lirons-nous Needham pour autant ? Pour ma part, je m’en tiendrai paresseusement et définitivement à la Recherche en notant pourtant, sous la plume de George Steiner, cette réflexion qu’il rapporte au « processus de déploiement du style » et à « l’élaboration d’u ton distinctif » de Needham lui-même : « Toute œuvre d’art, toute œuvre littéraire digne de ce nom aspire à engendrer le dessein qui lui est propre, cherche à boucler la boucle sur ses origines »…

George Steiner, les Livres que je n’ai pas écrits. Gallimard, 287p.

11:17 Publié dans Fatrasie | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

A propos des taoïstes, l'idée à la mode est que Laozi est une invention de Zhuangzi. C'est aussi une idée qui à l'air de faire son chemin dans un esprit aussi prolifique que celui de Steiner. De plus, le parcours professionnel de Needham et celui de Steiner sont identiques et l'un comme l'autre s'attelle à une tâche gigantesque visant la connaissance globale. Et puis le second enseigne également à Beijing. Mais une connaissance au territoire aussi vaste n'est pas sans défaillances: une interview de Steiner l'a révélé. Donc les parasites sur la ligne de Steiner doivent nécessairement se retrouver dans les émissions de Needham.
En conséquence, si Steiner a rêvé qu'il était Needham rêvant qu'il était Steiner (comme Zhuangzi et son papillon), c'est une chose tout-à-fait banale et acceptable quand on l'observe depuis le Dao.

Écrit par : Rabbit | 13/02/2008

Run, Rabbit. On m'avait dit que les carottes OGM nous vaudraient des surprises, mais le lapin sinologue, ça c'est vraiment un plus. A +

Écrit par : JLK | 13/02/2008

Quand j'ai lu le premier des Updike de la série, j'avais déjà ce surnom.
Vous apprendrez comment je l'ai obtenu quand sera publié mon "Livre du Grand Tout".

Écrit par : Rabbit | 14/02/2008

Les commentaires sont fermés.