10/11/2007

Vive la Maison de l’écriture


 Le grand projet de Vera Michalski
Vera Michalski voit grand. Les mesquins et autres médiocres qui « freinent à la montée » diront qu’elle en a « les moyens » en tant qu’héritière d’une fortune colossale, mais voilà : tous les riches ne sont pas généreux,  à tous les sens du terme. Or depuis plus de vingt ans, Vera Michalski n’a cessé, avec son mari jan Michalski trop tôt disparu (en août 2003), de travailler à une œuvre dont le profit n’est pas la finalité première, basée sur le désir initial de défendre et d’illustrer la littérature polonaise survivant sous la chape communiste (d’où la fondation des éditions Noir sur Blanc), ensuite sur une exploration élargie des littératures de la ci-devant Autre Europe, pour s’étendre aujourd’hui à des échanges internationaux entre la Suisse, Paris et Varsovie, à l’enseigne du petit empire éditorial que constitue le groupe Libella (Noir sur Blanc, Buchet-Chastel, Phébus, notamment).
Or voici que, pour honorer la mémoire de son conjoint de façon non moins constructive, Vera Michalski a décidé de créer, sur la base d’une Fondation Jan Michalski pour l’écriture et la littérature, une Maison de l’écriture dont l’architecte Vincent Mangeat a présenté l’impressionnante maquette. A Montricher, sur les hauts de la Côté lémanique, au pied boisé du Jura, face au lac et aux Alpes, la Maison de l’écriture intégrera deux bâtiments existants (l’ancienne colonie de vacances d’En Bois désert, de fameuse mémoire pour beaucoup d’enfants vaudois, et sa chapelle attenante), autour desquels essaimera tout un système de « cabanes » suspendues et virtuellement extensible.
Dans un premier temps, c’est par la création d’un prix littéraire d’envergure internationale que la Fondation Jan Michalski va se manifester, qui sera décerné en octobre 2008 pour la première fois. Les modalités, le jury (tournant) et la dotation de ce prix seront précisés en janvier prochain. Par ailleurs, une série de bourses d’aide à la création littéraire sera lancée l’an prochain à la même enseigne. Quant à la Maison de l’écriture, élément central de ce formidable projet, ce n’est qu’au tournant de 2009-2010 qu’elle ouvrira ses portes. A noter, selon l'expression de Vincent Mangeat et conformément aux vœux de Vera Michalski, que cette Maison de l’écriture  n’aura rien du cloître pour gens de lettres, comme le sont certaines résidences d’écrivains, mais devrait constituer, une façon de cité:  un lieu d’échanges autant qu’une retraite  propice à la création. Deux bibliothèques (dont une publique), un auditorium et une salle d’exposition compléteront la structure d’accueil envisagée pour cinq résidents simultanés et un couple.
Interrogée sur l’insertion de cette Maison de l’écriture dans le tissu culturel de Suisse romande, Vera Michalski insiste sur son parti d’indépendance sans exclure des collaborations avec les institutions diverses de nos régions. Projet ambitieux et possiblement rayonnant, dont on suivra le développement avec toute l’attention requise…              

12:26 Publié dans Fatrasie | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

j'ai pour ma part le projet d'une maison de la parole que j'aimerais associer à une maiso de l'écriture.
Il y a catuellement un appel d'offre de la part du Sénat sur le Café Vialla que je rêve de transformer en Café littéraire avec des évènements liés à la parole et l'écriture...
Je me tiens à votre disposition pour vous entretenir de ce projet qui me tient à coeur et auquel je souhaiterais faire participer des associations liées à l'handicap chez l'enfant
(vision et maltraitance)
Au plaisir de vous lire.
Meilleurs sentiments.
Jean Arranz
tél:-0683000071
"Le bonheur c'est le chagrin qui se repose"

Écrit par : ARRANZ | 24/09/2008

Les commentaires sont fermés.