08/10/2007

L'Avenir Radieux du Poulailler

Le dernier roman d’Antoine Volodine
L’univers parallèle d’Antoine Volodine s’est déjà très largement déployé dans l’espace imaginaire, au fil d’une quinzaine de livres relevant de la catégorie improbable du « post-exotisme », évoquant des zones et des populations qui pourraient faire penser aux projections oniriques d’un visionnaire d’après le déluge atomique et les camps divers, dans un esthétique de SF ou de BD, quelque part entre La Horde du Contrevent et les images de Bilal.
Après les « entrevoûtes » épatantes de Nos animaux préférés, aux belles échappées poétiques et autres variations « théoriques », Volodine se déploie ici en de plus grandes largeurs, avec un protagoniste lancé dans un parcours de long souffle, à travers le vaste ghetto de Poulailler Quatre où se mêlent hominidés, créatures insanes et autres drôles d’animaux. De la première autocritique dirigée en rêve par le flic Mevlido devant « les masses » (quatre pelés mal tondus) à la dernière manif de femmes sur quoi s’achève le roman, le voyage  à multiples étapes et rebonds réserve des heures jouissives aux inconditionnels. Des autres, il est au moins requis un tour d’esprit ouvert aux jeux  de la conjecture et de l’imagination critique, et le goût de l’aventure stéréotypée, avec romance en bonus, qui fait toujours les délices de beaucoup. Quant aux adeptes de la textualité du texte, ils auront eux aussi de quoi faire... 
Songes de Mevildo, par Antoine Volodine. Seuil, coll. Fiction & Cie, 461p. 

09:54 Publié dans Fatrasie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.